Le Comité Olympique Sportif Tchadien (COST) veut professionnaliser le sport.

0
453

Le Comité Olympique Sportif Tchadien (COST) dans sa nouvelle stratégie de professionnaliser le sport tchadien, a organisé du 26 au 27 décembre 2018, un séminaire de renforcement des capacités des journalistes chroniqueurs sportifs et rédacteurs en chef des organes de presse en matière de communication sur le sport. A l’issue de 48 heures des travaux qui a regroupé plus de 40 journalistes chroniqueurs sportifs, des rédacteurs en chefs des organes de presse, des associations et mouvements sportifs ainsi que les membres du bureau exécutif du comité olympique sportif Tchadien (COST), votre organe d’information en ligne Tachad.Com s’est entretenu avec le président du COST, Me Abakar Djarma Aumu sur le soubassement de ladite formation.
Bonjour monsieur le président, vous venez d’organiser pour la première fois un séminaire qui a regrouper plus de 40 journalistes et rédacteurs des organes de presse pendant 48 heures, quel a été le soubassement de la formation ?
Le soubassement de la formation c’est d’abord une cohésion afin de parvenir à une vision d’ensemble entre le mouvement sportif tchadien et les organes de presse.
Comme vous le saviez aujourd’hui, les organes de presse de part le monde sont aujourd’hui parties prenantes dans l’organisation des manifestations sportives et la force aujourd’hui des grandes manifestations sportives tels que les jeux olympiques et les championnats du monde dans les différentes disciplines sportifs sont basées sur la capacité de mobilisation de ces fédérations sportives et surtout, entre guillemet sur la visibilité de l’événement et cette visibilité est le lien de part entre les organes de presse.
C’est pour cela, pour le cas de notre pays le Tchad, nous sommes dans une démarche de professionnaliser le sport dans notre pays et dans cette logique de la professionnalisation, nous voudrions bien qu’il ait de sponsoring et des partenaires qui viennent investir dans le sport. Et ces partenaires et sponsors ne peuvent venir dans le sport que si la pratique du sport dans notre pays est visible et cette visibilité dépend à 100% des organes de presse.
C’est pour quoi, nous avons voulu pendant 48 heures discuter avec les journalistes chroniqueurs sportifs et les rédacteurs en chef des organes de presse pour parvenir à avoir une cohésion surtout dans nos différentes attentes.
Nous, en tant que mouvement sportifs nous avons des attentes bien précises qui doivent venir des organes de presse pour essayer d’avantage de motiver nos sportifs, nos techniciens sportifs et les dirigeants sportifs à aller vers la recherche de l’excellence sportive à améliorer l’image du sport tchadien sur le plan continental et mondial. Et d’autre part nous savons aussi que les organes de presse ont des attentes vis-à-vis de nous, mouvements sportifs pour leur permettre d’améliorer les conditions de leur travail. Donc aujourd’hui je pense que nous avons posé les premiers jalons, les premiers pas de l’escalier et nous allons essayer toute l’année 2019 de cheminer ensemble en tenant main dans la main lorsque les organes de presse auront des difficultés à trébucher, il faut que le mouvement sportif soit à côté. Et nous aimerions bien parvenir à tenter cette expérience toute l’année 2019 et en décembre 2019 nous allons nous s’assoir pour voir le bilan de cette nouvelle stratégie qu’on a mis en place et si elle est payante nous allons d’avantage développer cette stratégie et si elle est défaillante nous allons s’assoir ensemble et faire des corrections nécessaires.
Quels sont les principaux thèmes abordés durant la formation ?
Les principaux thèmes durant la formation, il faut d’abord savoir que nous nous sommes vraiment appuyés sur les spécialistes sportifs de renom et des gens qui ont fait leur preuve dans le domaine de sport. Aujourd’hui dans le domaine de sport quand vous parler de Zouténé Daba Martin, je crois que ce n’est pas un inconnu et même certains qui ne le connaisse pas connaisse déjà le nom par rapport à ceux qui sont des amoureux de sport et qui ont suivi le mouvement sportif tchadien, il y a de cela 10 ou 15 ans. Donc c’était le socle sur lequel nous sommes accrochés pour donner de la valeur ajoutée à notre séminaire. Nous avons voulu qu’il (Zouténé Daba Martin) essai de mettre à la disposition de la jeunesse qui s’intéresse aujourd’hui au métier de journalisme sportif et/ou chroniqueur sportif toute l’expérience et l’expertise qu’il a et donner aussi les stratégies et les techniques qu’il a utilisé pendant des années. Parce que ce sont des choses qui ne s’enseignent pas à l’école, ce sont des choses qu’on arrive à acquérir dans la pratique. Et ensuite, l’intervention du mouvement sportif comme je l’ai dit d’entrée de jeu sur les attentes du mouvement sportif pour permettre à ce que les organes de presse sachent et comprennent qu’est-ce que nous attendons d’eux et aussi ils ont fait les Feetback de leurs attentes.
Etes-vous satisfait des échanges d’expérience ?
Personnellement en tant que président du Comité Olympique Sportif Tchadien et premier responsable du mouvement sportif tchadien, je suis satisfait de ces échanges. Maintenant nous attendons les actes qui vont les accompagner pour nous permettre de tirer ensemble les profits, car si les organes de presse aident le mouvement sportif à parvenir à son objectif de la professionnalisation, c’est une valeur ajoutée pour les organes de presse eux-mêmes dans le domaine du journalisme sportif dans notre pays.
Merci à vous aussi !

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici