Internet sans frontière, société civile, étudiants et artistes disent non à la censure contre l’Internet au Tchad

0
389

Après plus de neuf (9) mois de censure, l’internet sans frontière s’associe à la société civile, des étudiants et artistes pour dire non à la censure contre l’internet au Tchad. Dans une conférence de presse tenue le jeudi 17 janvier à la maison des média du Tchad, cette corporation s’organise pour une manifestation ce samedi 19 janvier et sera placée sous le slogan « mala ga te tou ?» « Pourquoi vous avez coupé ? ».

Une journée selon laquelle les internautes tchadiens à travers le monde sont appelés à manifester leur ras-bol à travers leurs pages dans les réseaux sociaux indique le représentant de l’internet sans frontière au Tchad, Noubarassem D. Blaise. Cette censure bientôt un an, alors les organisateur de la journée dénommée « mala ga te tou ?» ce qui veut dire « pourquoi vous avez coupé » ? Permet à tout internaute d’exprimer son mécontentement vis-à-vis de cette décision. Après l’échec de la plainte des deux avocats contre les entreprises de téléphonies mobile au Tchad, cette coalition se dit engagée pour mener le combat jusqu’au bout.

Pour le représentant de l’internet sans frontière au Tchad, Noubarassem Blaise le Tchad compte plus 400 000 milles d’internautes, bloquer l’accès à l’internet c’est d’empêcher tout ce monde à l’information. Il poursuit que si chacun des 400 000 d’internautes publie un message de mécontentement ce jour l’objectif sera atteint.

L’artiste Ngueita alias N2A, la lutte contre la censure sur l’accès à l’internet doit concerner la jeunesse. Mais si celle-ci ne manifeste pas il n’y aura pas quelqu’un qui viendra mener ce combat à sa place. « Quand tu as mal il faut prouver à la personne qui frappe que tu as mal » souligne-t-il avant de dire la jeunesse a une part de responsabilité parce qu’elle n’a pas réagi depuis que l’internet au Tchad a été coupé.

Narmadji Céline de Trop c’est trop, quant à elle, « couper l’internet c’est mettre en prison la jeunesse. L’internet permet à la jeunesse d’entreprendre et d’échanger avec d’autres jeunes des autres pays ou continents ».

L’un des panelistes Mahamat Nour Ibedou pour lui l’internet est un vecteur puissant et offre aux jeunes un espace d’expression démocratique surtout les jeunes tchadiens.

Il est à rappeler qu’en août 2018 deux avocats ont porté plainte contre les deux entreprises de téléphonie mobile au Tchad mais le juges et la cours suprême se sont déclarés incompétents dans cette affaire.

 

 

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici