AFRIQUE CENTRALE : CEBEVIRHA à la recherche de financement

0
639

La Commission Economique du Bétail de la Viande et des Ressources Halieutiques (CEBEVIRHA) a organisé, hier 22 mars Radisson Blu Hôtel, une cérémonie de lancement officiel des activités de mobilisation des ressources pour le financement de son plan stratégique 2015-2015, placée sous le haut patronage du président  de la commission de la CEMAC.

L’objectif de cette table ronde vise l’amélioration de la production  de la pèche continentale et l’accroissement de la production aquacole, en vue de contribuer à la sécurité alimentaire et de réduire la pauvreté au niveau des communautés des pécheurs  et aquaculteurs, dans le cadre d’une gestion durable de ressources et d’une meilleure protection des écosystèmes aquatiques.

Dans son intervention, le secrétaire exécutif de la CEBEVIRAH, Pedro Bayen Ayingono, la CEBEVIRAH a pour mission de contribuer au développement durable, harmonisé et  équilibré   des secteurs de l’élevage, de l’élevage, des industries animales, des pêches et de l’aquaculture, ainsi qu’a l’accroissement des échanges en vue de permettre aux membres d’optimiser les productions nécessaires a l’atteinte de la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté des populations sous-région.

En matière d’échange inter-états des produits animaux et halieutiques, le constat est amer. Les échanges des productions animales des pays producteurs qui devaient alimenter les pays côtiers sont aujourd’hui insignifiant, de même, les échanges des productions halieutiques des pays côtiers vers les régions continentales de la CEMAC sont quasiment nuls a-t-il souligné.

Pour le président de la commission de la CEMAC, Pr Daniel Ona ondo, l’insuffisance des investissements dans les domaines de l’agriculture, d’élevage de la pêche et de l’aquaculture participe certainement au ralentissement des activités économiques des pays de la zone CEMAC. Il poursuit que, la croissance économique réelle dans l’espace CEMAC devrait se situer à 1,6% en 2019. Le chômage demeure  très élevé avec une moyenne de 23,12% dans la sous-région, l’insertion socioéconomique des populations défavorisées, comme  les ruraux, les jeunes et les femmes est difficile, ce qui fragilise encore davantage le tissu social.

Issa Doubragne,  président du conseil des ministres de l’UAEC et ministre de l’économie, du plan et du développement qui a présidé ladite cérémonie a salué cette initiative qui, selon lui va contribuer  à la création des emplois et réduire la pauvreté.

Ahmat Mahamat Ahmat

 

 

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici