TCHAD : UN HOMME DE 60 ANS REVOLU TORTURE DANS LA PROVINCE DU TIBESTI

0
1727

Les autorités judiciaires et de sécurité de N’Djamena ont confirmé la nouvelle qui circulait dans les réseaux sociaux depuis quelques temps. La vidéo montrait un homme qui avait torturé physiquement avec un remorqueur et lui avait attaché les jambes à une voiture Toyota dans les zones d’exploration aurifère sans distinction, dans la province de Tibesti, dans le nord du pays.

La présentation a eu lieu ce lundi dans l’après-midi en présence du ministre de l’Administration des Territoires, de la Sécurité publique et du Gouvernement local, Ahmat Mahamat Bachir, du procureur de la République, Youssouf Tom, et du directeur général de la police nationale, le général Tahir Erdi Tahro, ainsi que de la présence du gouverneur de la province de Tibesti et de certains responsables de la sécurité.

La victime, Abdoulrahman Abakar al-Tayeb, âgée de 60 ans, nous a raconté ce qu’il avait souffert de la description de son front sous la torture et avait été torturé pendant 45 jours et il a subit  des agressions physiques et des mesures de contrainte. De ses vêtements et pieds nus, et avec un groupe de 16 personnes, selon son roman.

Il a été emmené dans la région de Bardai et par le gouvernement dans la zone réservée aux visiteurs de Ki, au nord du Tchad.

Abdoulrahman, la victime, résidait à Wiltra Fayraa, dans la ville de Biltine, mariée, avec deux femmes et huit enfants, il est allée chercher son gagne-pain à Tibesti.

Le ministre de la Sécurité, Ahmat Mahamat Bchir, a déclaré que les forces de sécurité et de défense poursuivraient les personnes accusées de torture, qu’il a qualifiées d’esclavage du XXIe siècle dans ces régions, et a souligné la nécessité de recenser ce phénomène, que nous avons qualifié de crime grave.

Le ministre a souligné que ces zones sont devenues des zones de réseaux tels que les réseaux de bandits et le trafic de drogue, d’armes et d’esclavage, a-t-il déclaré.

« Les forces de sécurité et de défense ont libéré environ 1 500 hommes qui ont pris le contrôle de ces réseaux d’esclavage », ajoute le ministre. « Ils seront emmenés de là-bas et à leur lieu de résidence ». Il a en outre souligné que les territoires tchadiens sont tous la propriété des Tchadiens sans aucune discrimination, à condition que les lois soient respectées.

À son tour, le procureur de la République, Youssouf Tom, a promis d’ouvrir un dossier d’enquête judiciaire tant que la victime serait présente, et le procureur a dénoncé l’incident, qu’il a également appelé l’esclavage du XXIe siècle.

Il a ajouté que le Tchad était un pays démocratique et que l’état des droits devait être vécu par tous, souligne que le Tchad était signataire de la Déclaration universelle des droits de l’homme et a ajouté que « la constitution tchadienne empêche cet acte ».

Bachir affirme que l’image de l’homme est largement répandue sur les différents sites de réseaux sociaux, ce qui inquiète ceux qui ont vu la torture systématique d’innocents.

Ahmat Mahamat Ahmat

Facebook Comments

Laisser un commentaire