TCHAD : Pour la Première fois l’ONG Oxfam prime les journalistes pour la lutte contre la faim et la pauvreté

0
611


Dans le but de rendre visible ces actions humanitaires  dans les provinces du Lac et du Kanem, l’ONG Oxfam Tchad a organisé un prix en journalisme. Au total 15 dossier ont été enregistrés dont 3 rejetés et 12 ont fait l’objet de concours.

Placé sous le thème : « Le Tchad sans faim et sans pauvreté », le concours vise à motiver les hommes des médias à œuvrer pour les activités de résilience dans ces deux provinces : le Lac-Tchad et le Kanem.

Pour ce concours des portraits, des reportages, des magazines et dossiers ont été réalisés par les journalistes.

Trois catégories de média sont retenues pour concourir à savoir la presse écrite, la radio et la télévision.

En radio faute de candidature deux candidats seulement ont concouru dont le premier prix est arraché par Mlle Kadja Kana Grace de la radio Fm Liberté et le deuxième est remis à Ismaël Souleyman du desk arabe de la même station.

En presse écrite trois œuvres journalistiques ont retenu l’attention du jury. A cet effet trois  prix ont été décernés aux heureux gagnants : Le premier prix est remis à David Boudina du Journal Le pays, le deuxième donné à Denis Sanzoubé Nestor de l’hebdomadaire l’Eclairage et le troisième est revenu à Bienvenu Dalndigué du Journal Le pays.

En télévision le meilleur prix est attribué à Mlle Madji Rimingyae Bandoum de la télévision nationale, le deuxième c’est Mahamat Ousmane de la télévision Al-Nassour Tv et Mistangar Victor de la télévision Electron TV qui a bouclé la boucle.

Les prix sont constitués essentiellement de trophées, attestations et chèques : 350 000 francs CFA, un trophée et une attestation pour les premiers prix de chaque catégorie, 200 000 francs et attestations pour les deuxièmes prix et les troisièmes ont reçu chacun un chèque de 125 000 francs CFA plus une attestation.

Un prix qui, selon les participants permet de jauger leur niveau en journalisme et contribuer à la lutte contre la faim et la pauvreté.

Pour cette première édition, il révèle que les journalistesne sont pas plus motivés pour la compétition. Selon les organisateurs l’accentsera mis désormais sur aspect communicationnel pour la tenue de la deuxièmeédition en 2019.

KITA Ezéchiel/Ousmane Diarra

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici