Tchad : On ne distingue pas les militaires aux civils

0
593

Dans la journée du 07 février 2019 vers midi, sur l’axe du rond-point de 10 octobre et le marché de Dembé, le chauffeur d’un taxi évite les policiers en contrôle juste devant la station Total et contourne non loin de Foberg Tchad. En débouchant vers l’intérieur du quartier, quelques clients réagissent au contournement. « Je descends ici », lance un client tout furieux. « Vous n’avez pas de pièces ? », questionne une dame à l’arrière.

L’autre qui est avec le chauffeur à la cabine insiste qu’il revienne sur le goudron. « Namchou ni kafi rassak » (Reviens sur le goudron, je peux te faire l’affaire). Le chauffeur de répondre « Tu crois que j’ai peur de ces policiers ? Ou je n’ai pas de sou pour mouiller leur barbe ? ».

Le client se tait et un instant après, le chauffeur ouvre un coffre de la cabine et montre à ce dernier d’un geste somptueux une carte militaire « Chifta sei » qu’il remet gentiment à sa place. Le client de dire que celle-là, moi aussi j’en ai.

Ces civils qui détiennent illégalement les cartes militaires sont-ils vraiment dans l’armée ? Tout porte à croire que les services de sécurité ne font pas logiquement leur travail. Et la vie suit toujours son cours.

DJIMNAYEL NGARLENAN

 

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici