TCHAD :LE MONDE CELEBRE LA JOURNEE INTERNATIONALE DE LA LANGUE ARABE

0
497

Dans le cadre de la journée internationale de la langue arabe célébrée tous les 18décembre de chaque année, l’union générale des institutions de soutien à la langue arabe a fait le 18 décembre dernier un point de presse, pour commémorer cette journée. C’était au Centre National de Recherche de N’Djamena.

Dans sa déclaration liminaire, le président de l’Union des Institutions de Soutien à la langue arabe Dr Hassaballah Mahadi Fadllaha dit que cette journée qui accorde  une importance capitale à la langue arabe, est en effet classée par l’ONU parmi les plus anciennes langues vivantes conservant le patrimoine humain.

En outre pour Dr. Hassaballah Mahadi Fadllah, l’arabe est l’une des six langues officielles de l’ONU; d’où la décision de cette grande institution d’instituer la date du 18 décembre comme étant la journée mondiale de la langue arabe à l’instar des autres langues officielles. Le choix de cette journée précise est du fait qu’elle coïncide avec le jour auquel l’Assemblée Générale de l’organisation des Nations Unies a décidé d’adopter l’arabe en tant que langue officielle et langues de travail en 1973.

Cette année, malgré les conditions financières difficiles que traverse notre pays, les membres del’Union ont fourni d’efforts dans les différentes provinces du pays pour célébrer cette journée mondiale et la semaine nationale de la langue arabe chacune selon ses moyens a-t-il-indiqué.

Dr Hassaballah Mahadi Fadllaha saisi aussi l’occasion pour exhorter tous les gouvernants de fournir davantage d’effort dans le but de l’application effective et réelle du  bilinguisme dans les différentes instances del’État qui souffrent encore de la dominance d’une seule langue aux différents niveaux. Et aussi il a déploré les violations du bilinguisme en pratique dansle secteur éducatif, lequel censé être le plus concerné par l’application du bilinguisme.« Lorsqu’on exige des arabophones de traduire leurs diplômes arabe en français alors qu’il n’est guère demandé aux francophones de traduire leurs diplômes en arabe, violant ainsi expressément et explicitement l’article 9 dela loi fondamentale du pays », martèle-t-il.

Il faut préciser qu’en l’Afrique subsaharienne l’arabe est la première langue écrite, elle était aussi la langue officielle de tous les premiers pays des royaumes précoloniaux.

Qu’au niveau national, l’arabe est également le récipient contenant le patrimoine tchadien, qui s’étend à plus d’un millénaire. Elle était et continue d’être la langue de communication et de compréhension entre les différentes composantes de son identité civilisationnelle.

Ahmat Mahamat Ahmat

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici