TCHAD : SENSIBILISATION DES DIABETIQUES!

0
1094

Dans le cadre de la commémoration de la journée mondiale du diabète, la maison du diabétique, a organisé une conférence débat hier soir dans les locaux de la commune du 6ème arrondissement. Cette conférence a été animée par l’endocrinologue MBAINGUINAM DIONADJI sur le thème « la famille et le diabète ».  

Cette conférence fait partie intégrante des activités inscrites dans l’agenda de la maison du diabète en prélude à la journée mondiale du diabète. Le diabète est considéré comme une maladie discrète et dangereuse mais celle-ci est ignorée du grand public. La famille et le diabète, c’est le thème qui a été  au centre de ce débat animé par Dr MBAINGUINAM DIONADJI président de l’Ordre National des Médecins du Tchad. Selon lui, bien de personnes sont atteintes du diabète mais elles l’ignorent. Le choix de ce thème a pour objectif, attirer l’attention de tous sur le rôle prépondérant que la famille et l’entourage peuvent jouer. Quelques points importants ont été soulevés par l’orateur à savoir, le dépistage précoce du diabète, la prévention du diabète de type 2 et la gestion du diabète. Dr MBAINGUINAM a déploré le fait qu’aujourd’hui, les tchadiens aiment se réunir pour pleurer les morts et non pour soutenir les malades. D’après lui, cette maladie doit être communautaire et non individuelle. Il a aussi relevé quelques fausses idées et fausses images reçues qui ne contribuent guère à l’épanouissement des personnes atteintes du diabète. Certains disent qu’ils guérissent le diabète, d’autres pensent qu’un diabétique ne peut pas pratiquer le sport, d’autres encore pensent que quand on est diabétique, on s’en aperçoit. Prendre des piqures d’insulines est un signe de gravité, le diabète sans insuline est un petit diabète ou encore que le diabète est contagieux. Tels sont les préjugés à refouler. Quelques préoccupations ont été soulevées par le public sur certains produits qui peuvent jouer un rôle efficace contre le diabète. Dr  MBAINGUINAM DIONADJI n’a pas cessé d’insister sur le fait qu’on ne peut pas guérir le diabète et toutes les familles devraient être éduquées sur la question du diabète pour aider les victimes. Il conseille à la population d’avoir une alimentation saine et équilibrée. Les lipides, les protéines, les glucides et sels minéraux doivent entrer dans l’alimentation de toute personne pour éviter ou réduire le taux du sucre dans l’organisme. 12 pour cent de la population tchadienne est diabétique suite aux données statistiques réalisées depuis l’an 2000. Mais de nos jours, on peut avoir le double voire le triple. Ces actions visent à sensibiliser la population et demander aux décideurs de mettre les moyens nécessaires pour la prise en charge des diabétiques. Un film documentaire sur les causes du diabète a été projeté.

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici