TCHAD : LE BUDGET DU MINISTERE DE SANTE PUBLIQUE EN 2019 S’ELEVE A 67 135 351 000 FCFA SOIT 6,85% DU BUDGET GENERAL DE L’ETAT

0
1356

En 2019, le financement de l’Etat tchadien dans le secteur de la santé couvre les différentes rubriques de dépenses notamment: le personnel; les biens matériels/services; les transferts et les investissements. L’appui des Partenaires Techniques et Financiers dans le secteur de la santé joue un rôle très important. La participation communautaire (recouvrement des couts) assure une partie du fonctionnement des structures sanitaires.

Le projet de Budget Général de l’Etat (BGE) de 2019 y compris l’Investissement extérieur est arrêté à 979 974 912 000FCFA. Le projet de budget du MSP y compris l’Investissement  proposé dans le projet de budget de l’Etatest de 67 135 351 000 FCFA soit 6,85% du BGE. Il fautrappeler que les enveloppes budgétaires allouées en 2019 sont en coursd’adoption à l’Assemblée Nationale. La répartition interne au niveau du MSPsera faite après adoption et promulgation de la loi de finances initiale,conjointement aux exigences et en fonction des priorités selon lesdisponibilités. Le taux global d’engagement du budget 2018 à la date du 11décembre est de 92,26%.

En terme de dépense, les dépenses du personnel sont exécutées à 91,67%, conformément au traitement des agents de 11/12 mois ( janvier-novembre); Les dépenses des biens et services sont exécutées respectivement à 85,12% et  92,45% dont: 2, 598 milliards des crédits délégués exécutés à 100%; 4, 778 milliards pour les programmes et centres nationaux de santé ont été engagées et validés à 100%; 230 sur 902 millions des dépenses de fonctionnement du niveau central ont été engagées et validées soit 25%. Les dépenses de transferts/subventions ont été engagées et validées à 100%. Leur paiement effectif est prévu au mois de décembre 2018; Les dépenses d’investissement ont connu une réduction de 1,7 milliards lors des collectifs budgétaires, le reste (1,115 milliards)  est engagée et validé à hauteur 92% dans le cadre de : Paiement des contreparties de projets PRSSMI, PESSPT et FRN; Paiement des décomptes de construction et réhabilitation des années antérieures.

En perspectives, le budget 2019, il est prévu le recrutement des agents de santé pour remplacer le personnel admis à la retraite et renforcer les ressources humines  dans les structures déficitaires et celles nouvellement construites. Par ailleurs, Le MSP prévoit  un recrutement de 2 189 agents de santé en accord avec les PTF. La part de l’Etat dans ce projet de recrutement est de 500 agents dont le cout estimatif est de 1, 500 milliards FCFA, à inscrire dans le budget 2020/2021.

Pour les biens et services, le budget 2019 tient en compteles engagements de l’Etat envers les PTF (Alliance Gavi et FM) dans le cadre de cofinancement des vaccins (3 milliards) et des ARV (2 milliards), des moustiquaires imprégnés (2,35 milliards), des antituberculeux (300 millions) et 200 millions pour le RSS soit un total de 7,65 milliards; Assurer le fonctionnement des services et directions centrales, des programmes et centres nationaux de santé (APMS, CTF, CNAR)

Pour les transferts et subventions, le budget Assure le fonctionnement des hôpitaux nationaux, hôpitaux provinciaux, écoles de santé et les Centres Nationaux (CNTS et CNNTA).

Pour les Investissements, un engagement en partie pour les décomptes des travaux existants actuellement au Ministère des Infrastructures; procéder à l’équipement de 12 hôpitaux de district et de 32 centres de santé construits et non équipés ; Réhabiliter quelques édifices en état de délabrement; tenir les engagements de l’Etat dans le cadre des contreparties des projets.

Le Ministère de la santé Publique fait des efforts pour améliorer les indicateurs de santé en faisant une répartition des ressources ciblées et efficaces. Cependant, les ressources allouées pour le fonctionnement restent toujours faibles par rapport aux besoins réels. En plus, la mobilisation de ces ressources pose souvent des problèmes. A nos jours la majorité des structures sanitaires accusent des retards de paiement de leur subvention depuis  2016. Toutefois, un cabinet d’audit a été recruté à la Direction de Dette du MFB pour analyse et épuration des arriérés de paiement.

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici