Tchad : 500 000 euros pour le repas scolaire dans le Lac, le Kanem et le Guera

0
265

Signature d’une convention de 283,5 millions FCFA entre l’Ambassade de France au Tchad et le programme alimentaire mondial pour le repas scolaire  dans trois provinces.

Cette convention intervient après avoir investi en 15 ans, 23 millions d’euros  soit 13 milliards de FCFA pour la lutte contre la faim et la malnutrition au Tchad. Le gouvernement français à travers son ambassade au Tchad annonce, que cette nouvelle contribution de 500 000 euros au programme alimentaire mondial (PAM) permettra de relever les défis liés à l’éducation des filles, notamment les adolescentes dans les provinces du Lac, Kanem et du Guera. Ce financement vise à donner le repas scolaire à plus de 13 250 élèves afin de les attirer et les maintenir à l’école.

La représentante du PAM,  madame Nancy Walters souligne que le souci de son institution c’est donner à chaque élève tchadien un repas chaud pouvant les aider à aller à l’école. Car la faim et la malnutrition ont des effets néfastes sur l’éducation des enfants. « D’ici 2030, les élèves tchadiens en particuliers ceux des provinces en insécurité alimentaire auront accès à une alimentation saine et équilibrée, qui réduit leur vulnérabilité à la faim et améliore leur accès, leur rétention et leur performance à l’école », indique madame Nancy Walters.

Philippe Lacoste, ambassadeur de France au Tchad,  « Chaque année plus de 3 000 000 d’enfants morts pour des causes liées à la malnutrition. La malnutrition est un fardeau planétaire qui affecte au moins une personne sur trois », renseigne-t-il ajoutant que malgré les efforts et progrès consentis dans la lutte contre la faim et la malnutrition, certains pays d’Afrique enregistrent toujours un nombre important des enfants malnutris.

« La France s’est engagée dans ce combat à différents niveau international et européen et aussi à travers ses interventions pour la nutrition », ajoute-t-il.

Le secrétaire d’Etat à l’éducation, monsieur Lamine Moustapha a pour sa part indiquer que pour parvenir à un Tchad libéré de la faim et de toutes les formes de malnutrition d’ici 2023 et luinpermettre de sortir de la dépendance humanitaire, « il est impératif d’accélérer et d’intensifier les actions visant à renforcer la résilience et la capacité d’adaptation des systèmes alimentaires, ainsi que les moyens d’existence des populations »,lance-t-il

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici