SENAFET : «…Sans pagnes, ni défilés mais plutôt avec les idées…»

0
428

C’est avec cette idée que les femmes écrivaines de l’Association des Ecrivains et Auteurs Tchadiens d’Expression Française (ASEAT) ont organisé comme ses sœurs, la semaine nationale de la femme tchadienne (SENAFET), le 7 mars 2019 à la Maison du Quartier de Chagoua dans le 7ème arrondissement de N’Djamena.

Placée sous le thème « SENAFET et JIF en Livres », ces femmes ont donné une autre image de la fête. Avec l’image d’une femme assise sur une chaise avec un stylo à la main droite et un ouvrage sur l’autre main gauche, cette fête est commémorée sans pagnes, ni défilés mais plutôt avec les idées pour pouvoir trouver les solutions aux problèmes du pays.

Célébrer l’écrivaine, c’est célébré la beauté transmise par la femme à travers l’écriture. Et comme, la femme elle-même est totalement une beauté par son sourire, sa démarche, sa forme, son intelligence et sa sagesse, elle peut toucher les sens et les émotions de ceux qui lisent ses écrits.

« Nous célébrons la SENAFET avec nos livres, nos tapuscrits, nos idées sincères, véridiques et touchantes, sans nous soucier d’autres moyens financiers ou matériels. Avec zéro francs, nous célébrons aujourd’hui la JIF en livres avec nos problèmes », a souligné la Présidente du comité d’organisation, Madame Sobdibé Kemaye.

Parmi les écrivaines tchadiennes on peut citer : Marie Christine Koundja, Clarisse Nomaye, Sobdibé Kemaye, Mamadjibeye Nako, Zenab Orti et Annie Blayo.

Ousmane Daouda Diarra

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici