Santé : « Nous ne partirons jamais en grève »

0
373

A la cérémonie de remise de parchemins aux 133 médecins tchadiens formé à Cuba, ceux-ci ont résolut de ne jamais aller en grève.

« Nous médecins formés à Cuba, nous ne partirons jamais en grève. Nous ne connaissons pas la grève, parce que nous savons la différence entre la vie et la mort des patients », précisent-ils.

Pour ces jeunes médecins, comment comprendre qu’on peut être en grève durant des mois pendant que les compatriotes meurent sur les lits de malade dans les hôpitaux. Un médecin n’a pas le droit au repos ni au sommeil ont-ils fait comprendre à l’assistance en disant « nous devons adopter la culture de discipline au lieu de l’anarchie, culture de travail au lieu de commerce ».

 Les jeunes médecins ont reconnu solennellement qu’ils sont redevables à la nation tchadienne en soulignant qu’ils ont le devoir de sauver des enfants qui meurent à cinq (5) ans alors qu’ils peuvent vivre comme tout autre enfant dans le monde. « Notre devoir, c’est de sauver la vie à ces femmes qui meurent en donnant la vie. Notre devoir, c’est de prévenir les maladies pour ceux qui sont en risque. Notre devoir, c’est d’améliorer la santé et la qualité de vie pour les malades chroniques. Notre devoir, c’est de promouvoir et de fomenter la santé pour ceux qui sont sains », formulent-ils.

Le Tchad est très en retard en médecine

« Le médecin ne peut faire tout quand il est tout. C’est-à-dire qu’il est spécialiste », martèlent-ils en recommandant à Deby de promouvoir la formation des médecins spécialistes. « Faute des spécialistes nos compatriotes partent dans d’autres pays pour se faire soigner malgré la crise » ajoutant que cela est une fuite des capitaux vers les pays étrangers. « C’est une dégradation de notre économie », renchérirent-ils.

Faute des spécialistes le Tchad verse chaque année des sommes colossales de devise à des spécialistes d’autres pays qui travaillent au Tchad. C’est à  quoi, les jeunes médecins sortis de Cuba exhortent le président Deby à bien vouloir continuer la coopération avec le Cuba plus dans la formation des spécialistes. Une formation qui permettra au Tchad d’une part de remplacer les spécialistes étrangers qui coûtent chaque année des sommes colossales au pays et d’autre part pour donner une attente médicale de qualité à sa population et freiner l’évacuation sanitaire vers d’autres pays.

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici