SAFAGRI : Le rideau se referme sur la phrase de : « L’Afrique peut nourrir l’Afrique »

0
253

Disait le Président Burkinabé Mark Christian Kabore qui a clôturé la 1ère édition du Salon Africain de l’Agriculture (SAFAGRI) hier vendredi 15 mars au Palais du 15 janvier à N’Djamena en présence du Chef de l’Etat Idriss Deby Itno.

Organisé par le Ministère de la Production, de l’Irrigation et des Equipements Agricoles du Tchad avec le Comité permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sècheresse dans le Sahel (CILSS), ce salon a regroupé près de 40 pays venus de quatre coins du monde.

Durant quatre jours, le ministre de l’agriculture du Burkina Faso, par ailleurs coordinateur du CILSS et la ministre la production, de l’irrigation et des équipements agricoles du Tchad ont, à travers des débats ressorti 11 recommandations qui ont été adoptées par les participants mandaté le CILSS pour que cette événement soit une manifestation continentale.

Parmi ces recommandations, poursuivre le SAFAGRI soit institutionnalisé sous l’égide de l’Union africaine, accélérer la mise en œuvre de la libre circulation des biens et services, considérer le SAFAGRI comme une opportunité pour les pays et les populations afin s’affranchir la dépendance alimentaire vis-à-vis de l’extérieur, accélérer les financements des infrastructures régional, énergique, réseaux routiers, équipement des matérielles d’exploitations, l’infrastructure de stockages, faire l’éradication de la fin dans nos pays, etc.

La Ministre de la Production, de l’Irrigation et des Equipements Agricoles, Madame Lydie Béassemda a formulée que « le SAFAGRI est un bébé, dont le père est CILSS, et la mère est tchadienne ».

Pour le président du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré, par ailleurs président en exercice du CILSS, qui a prononcé le discours de clôture du salon, par « la transformation des chaînes de valeurs agro-sylvo pastorales et halieutiques africaines est aussi un facteur de renforcement de la résilience de nos populations, face à l’insécurité alimentaire et nutritionnelle».

A la fin de la cérémonie de clôture, une visite des stands d’exposition par les deux chefs d’Etat leur a permis de découvrir un échantillon du potentiel agricole du Tchad. Rendez-vous a été pris pour 2020, toujours à N’Djamena, pour la deuxième édition. Et les expositions seront ouvert jusqu’à dimanche 17 mars au palais du 15 janvier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici