Tchad: Quand le monde tire l’attention de Deby au sujet de retour probable de la cour martiale , la CASAC les qualifie à des agitateurs et des personnes téléguidées

0
259

La Coalition des Associations de la Société civile pour l’Action Citoyenne (CASAC) a dans une déclaration faite le samedi dernier fustige la sortie médiatique des quelques officines étrangères et les hommes politiques sur la question de retour de la cour martiale .

Il y a de cela quelques jours, la vie politique est alimenté par la résurgence des conflits intercommunautaires et la question de dia reste. Des voix sortent de part et d’autre pour tirer l’attention du président de la république du Tchad Idriss Deby Itno qui, a dans de ces communications fait mention de retour probable de la cour martiale . Chose le président de la CASAC, Mahamoud Ali Seidne regarde pas de la manière que les autres.

Selon lui, ce sont des individus téléguidés par des machines des cabinets qui, voudraient vaille que vaille donner au monde entier une image d’un Tchad, où rien ne marche. « Or, aujourd’hui le pays aspire une paix et une stabilité sociopolitique, jamais vécues depuis son accession à l’indépendance. La liberté d’expression, le multipartisme, l’égalité de chance, le respect des droits de l’Homme, sont entre autres des exemples palpables d’une parfaite démocratie », a-t-il indiqué.

 Pour lui, le Tchad progresse dans le respect des droits humains avant de qualifier ces sorties médiatiques à des agitations puériles qui visent à annihiler les efforts du gouvernement tendant à faire du Tchad, un exemple de démocratie en Afrique.

« Diantre dans quel monde sommes-nous ? »

La CASAC se dit outrée de constater que ces individus, aux parcours imparablement mystérieux, réussissent hélas à emballer les chancelleries des pays occidentaux accréditées auprès de la République du Tchad, qui par des communiqués laconiques rappelle le pays à l’ordre. « Or à notre avis, le Tchad est un pays souverain, et en aucune manière il n’acceptera l’immixtion d’acteurs étrangers dans sa politique intérieure. Aucune transposition des réalités démocratiques occidentales ne pourrait être greffée aux réalités propres des Etats africains », observe-t-il.

 Pour la CASAC, le Tchad a besoin de stabilité pour poursuivre son développement « alors, il devenait conséquemment impératif pour nous, de prendre nos responsabilités respective tout un chacun en mettant les intérêts suprêmes de la nation au-dessus de nos intérêts personnels », martèle-t-il avant de demander à tous qui ceux sont encore dans les maquis, de saisir la perche tendue par le président de la République, pour regagner la légalité.

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici