Média : Une session de rattrapage aux journalistes arabophones

0
298

La Haute Autorité des Média et de l’Audiovisuelle (HAMA) communique sur la connaissance et la compréhension de ces textes de base. C’est au cour d’une opération de rattrapage d’échanges sur les lois 20, 31 et 32 avec les journalistes arabophones, le samedi 09 mars à la Maison des Médias de N’Djamena.

Après la journée de sensibilisation et d’information du mardi 12 février dernier au Centre d’Etudes et de Formation pour le Développement (CEFOD), une journée qui a réunie des directeurs de publications des différents organes de presse, des responsables des organisations faitières, des chefs des partis politiques, des journalistes et les associations de la société civile. C’est autour des journalistes  arabophones et de la ligue des journalistes arabophones qu’est dédiée la journée du samedi pour les échanges.

« C’est une session de rattrapage aux journalistes de la langue arabe, car le 12 février passé au CEFOD, il n’y a avait pas des questions posées par les arabophones. Ce n’est pas une discrimination. Notre rencontre est d’échanger sur les trois lois (20, 31 et 32) respectivement portant le régime de la communication audiovisuelle, la presse écrite et presse électronique, les attributions, organisation et fonctionnement de la Hama », a-t-il souligné.

Après avoir expliquer de longue à large sur les lois 20, 31 et 32, tout en faisant la différence entre l’ancienne loi et la nouvelle, les journalistes arabophones ont souligné que l’application de ces lois est une prise en otage de la presse.

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici