LES ONG HUMANITAIRES ET LE MINISTRE DE LA SANTÉ VISITENT LE CENTRE NUTRITIONNEL ALIMA DE N’DJAMENA

0
431

Les secrétaires généraux  adjoints du système des nations unies, l’administrateur du Pnud, Monsieur Achim Steiner, le Coordonnateur des secours d’urgence, Monsieur Mark Lowcock et le ministre de la santé publique du Tchad Aziz mahamat Saleh  ont effectué une visite conjointe à leur mission ce matin 07 octobre 2018 au sein de l’hôpital de l’amitié Tchad-Chine où est logé le centre nutritionnel The alliance international for medical  action « ALIMA » dans le 8e arrondissement de N’Djamena. Cette visite est guidée par le chef de mission de l’Ong ALIMA  Monsieur Hassane Hissane.

C’est suite à la mission conjointe au Tchad sous le thème : « Pas moins d’humanitaire mais plus de développement pour des populations plus résilientes », que ces secrétaires généraux adjoints du système des Nations Unies se sont rendu au centre de nutrition de l’ong internationale Alima. Cette visite a permis aux missionnaires de se rendre à l’évidence du phénomène de la malnutrition au Tchad : « Nous avons effectué une visite à l’hôpital pour mieux nous imprégner du défis de la malnutrition au Tchad. Nous avons rencontré des femmes avec leurs bébés dans cet hôpital qui ont reçu des soins essentiels et des femmes qui travaillent avec leur communauté dans la région du Lac-Tchad pour améliorer la question de la malnutrition.  Cela nous donne plus de motivation pour nous engager auprès du gouvernement avec le ministre de la santé pour développer l’infrastructure».

La malnutrition est un problème qui se pose avec acuité et mérite une attention particulière. Pour ce faire, prévenir cette maladie doit être l’effort de tous les parents selon  Achim Steiner et Mark Lowcock. Ils invitent chaque parent à côtoyer les hôpitaux pour une meilleure prévention et aussi avoir la réponse à leurs questions sur la santé de l’enfant. Pour eux prévenir, c’est aussi bien nourrir l’enfant : « Les hôpitaux sont des stratégies de préventions. La maman et le père de l’enfant doivent souvent côtoyer les hôpitaux  pour avoir l’avis professionnel et l’information sur la santé de leur enfant. Par exemple qu’est ce qui ne va pas avec mon enfant ? Que dois-je donner à mon enfant à l’intervalle d’une semaine et d’un mois ? Que dois-je faire ? Les parents doivent beaucoup nourrir leurs enfants de légume, de céréales et bien d’autres. Ils peuvent venir à l’hôpital recevoir des conseils et formations » de quoi souffre leur enfant.

Heureux de la présence de ces humanistes, le ministre de la santé Aziz mahamat Saleh a passé au crible les causes de la sempiternelle malnutrition au Tchad avant de solliciter l’implication de tous : « Nous connaissons chaque année une période de malnutrition et les réponses ne sont pas idoines. C’est pour cela que nous avons des centaines ou des milliers des enfants malnutris chaque année. Il y a aussi  certaines femmes qui n’allaitent pas. Et le plus grand problème,  nous n’utilisons pas ces légumes et fruits qui ont assez de vitamine  pour l’enfant. Un travail de sensibilisation doit se faire avec les parents et aussi avec tous les partenaires pour la lutte contre ce fléau ».

Alima est une ong internationale française créée en 2009 et existe au Tchad depuis 2012. Elle œuvre dans le domaine de traitement de malnutrition et de la reproduction humaine dans 10 pays au monde. Pour le nombre exorbitant que reçoit l’hôpital de l’amitié Tchad-Chine qu’Alima s’est vue délocalisé de l’hôpital Notre Dame des Apôtres en 2015. Selon les responsables, ils reçoivent 16 000 à 17 000 enfants malnutris chaque année.

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici