Le Tchad enregistre le taux d’allaitement maternel exclusif le plus faible

0
2479

Le Tchad et ses partenaires se soucient de la promotion de l’allaitement maternel exclusif. Cependant la course du Tchad pour l’atteinte de 50% de mise au sein maternel est loin d’être atteinte. Seulement une femme sur six pratique l’allaitement maternel exclusif.  

Sur le plan national, la couverture en allaitement maternel exclusif au Tchad est la plus basse des standards mondiaux recommandés par l’organisation mondiale de la santé (OMS). La pratique observée par les femmes n’est pas bonne, indique Dr Ferima Coulibaly Zerbo de l’OMS. « Au niveau national 87,3% des femmes allaitent leur bébé jusqu’à un an et au-delà,  36,5% des enfants de zéro à 23 mois ont bénéficié d’une mise dans la première heure qui a suivi leur naissance et au moins une femme sur six pratique l’allaitement maternel exclusif, soit 17,7% », renseigne-t-elle.

Selon une évaluation faite par l’OMS en 2016, en Afrique, seulement 4% des nouveaux-nés sont est enregistré dans les hôpitaux labellisés amis des bébés. En 2018 l’allaitement maternel était de 42% pour les premières heures de vie et 41% des nouveau-nés sont nourris exclusivement au sein.

L’évaluation montre également, que le taux médian d’allaitement maternel exclusif est estimé à 41,9% entre 2002 et 2015. « Toutefois environ un tiers des pays de la région ont déjà atteint le seul de 50% d’allaitement maternel exclusif », a indiqué Dr Ferima Coulibaly Zerbo, représente du représentant de l’OMS au Tchad.

Le Tchad est l’un des pays de l’Afrique centrale classé loin du seuil fixé par l’OMS. Ce manque, selon l’OMS nécessite une stratégie d’accélération autre que les méthodes habituelles d’allaitement maternel pour atteindre la cible mondiale qui est de 50% d’allaitement exclusif pour les nourrissons de zéro à six mois en 2025. Un barème dont les pays se sont engagés au cours de la 65ème assemblée générale mondiale de la santé depuis 2012.

Parmi les pays ayant atteints le seuil de 50%, le Rwanda figure en tête avec un taux de 87,7%, le Burundi, l’Érythrée, le Kenya et l’Ouganda ont atteint un taux supérieur à 60% d’allaitement exclusif pour les nourrissons de zéro à six mois.

La course du Tchad

Pour atteindre cet objectif de 50% en 2025, le Tchad doit revoir sa politique de pratique. Il doit mutualiser ses efforts avec ses partenaires techniques et financiers, le respect et l’application de la feuille de route élaborer au cours de la formation  sur l’orientation pour la redynamisation de l’initiative hôpitaux amis des bébés (IHAB) tenue à Bakara du 20 au 22 août 2019. La feuille de route défini 10 étapes pour permettre l’intégration des pratiques managériales et cliniques de l’IHAB dans les piliers de renforcement du système de santé.

Le Directeur de la nutrition et de la technologie alimentaire (DNTA) Mahamat Béchir a souligné que malgré les efforts consentis par le Tchad,  le taux reste encore très faible en comparaison avec les pays de la sous-région.  

Laisser un commentaire Annuler la réponse.