JMA EDITION 2018 :« AGIR POUR L’AVENIR, FAIM ZERO EN 2030, C’EST POSSIBLE »

0
578

Le Tchad à l’instar des autres nations célèbre, ce 16 octobre, la 38èmejournée mondiale de l’Alimentation (JMA) qui coïncide avec le 73ème anniversaire de la FAO. La commémoration de cette journée a mis en scène l’Etat tchadien, ses partenaires et les organisations des Nations Unies pour faire le bilan des activités des années précédentes afin de mieux atteindre l’objectif « faim zéro en 2030 ».

Placée sous le thème : « Agir pour l’avenir, Faim zéro en 2030, c’est possible », la JMA suscite un vive intérêt pour les acteurs politiques et les organisations des nations unies. Le défi de la faim zéro : est la malnutrition et le problème alimentaire. Cette journée vise aussi à mieux comprendre les problématiques alimentaires et de mobiliser les ressources financières afin de mener une lutte tous azimuts. C’est aussi l’occasion aux décideurs d’interpeller la communauté internationale sur son objectif à éradiquer la malnutrition.

Selon les dernières estimations de l’Organisations des nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (Fao), 821 millions de personnes souffraient de la faim, soit 11% de la population. Paradoxalement la plupart d’entre ces personnes sont des agriculteurs familiaux vivant en milieu rural en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud-Est. Pour le Directeur Général de la Fao José Graziano da Silva « La faim  se concentre principalement dans des zones spécifiques, celles frappées par des conflits, les sécheresses et la pauvreté extrême ». La faim n’est pas le seul défi auquel l’humanité est confrontée, la malnutrition, l’obésité et le changement climatique en font partie. Au Tchad au total 4 millions des personnes souffrent de la faim et 600 milles retournés, poursuit-il.

Pour la ministre de la Production, de l’irrigation et des équipements agricoles,Madame Lydie Beassemda représentant le Président de la République Idriss DébyItno « Ce thème interpelle les dirigeants de la planète à promouvoir des actions intégrées, fondées sur des interventions complémentaires dans l’agriculture, l’agro-alimentaire, la gestion des ressources naturelles, la santé publique, l’éducation et domaine connexes. Des ressources supplémentaires pour un total annuel  moyen de 265 millions de dollars par an pendant la période de 2016-2030 sont nécessaires pour financer un surcroit d’’investissement supplémentaire dans des activités productives, en faveur des pauvres ».

Le Directeur Général de la Fao José Graziano da Silva déclare que le Tchad peut atteindre l’objectif de la faim zéro en 2030 par rapport à sa situation géographique. « Malgré une position géographique en grande partie située dans la zone aride et semi-aride, ce pays dispose suffisamment de terre fertiles peu exploitées, de ressources en eau accessibles à un coût raisonnable comparé à beaucoup d’autres pays du sahel. Surtout, le Tchad dispose d’une population très jeune. 51% de la population tchadienneà moins de 15 ans. Les jeunes ne sont pas le problème. Ils sont la solution. Il faut encourager les jeunes dans l’agriculture tout en veillant à l’égalité de chance», conseille José

Willi Graf, Directeur de la Coopération Suisse, s’est appesanti sur l’égalité de chance et surtout sur la performance des femmes dans ce domaine agricole qui mérite un appui sincère. Abordé dans les mêmes ordres d’idées, Stephen Tull, coordonnateur résident des systèmes des nations unies déclare que la faim zéro demande l’implication de tous.

Orienter les jeunes dans les métiers de l’agriculture pour valoriser ce secteur et vaincre la faim et la malnutrition est aussi possible.

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici