Faits divers : Le choix des femmes à la veille du 8 mars

0
328

Pour ce jour (8 mars) aussi rare, célébré qu’une seule fois dans l’année, les femmes en souffrent autant, surtout à l’approche de cette date.

Hier, deux jeunes dames, dans un bus au retour d’une rencontre de préparatifs à cette occasion se sont senties aussi indigner qu’heureuses. « Si on savait, on allait depuis longtemps chercher la pagne SENAFET de Sarh. Maintenant qu’on comptait sur celle de N’Djamena et sur la première dame et que cela retarde, on fera comment ? », regrette l’une des femmes.

« Walay », lance l’autre. « Moi, c’est la couleur bleu que je préfère dans toutes les autres couleurs », ajoute-t-elle.

Au fur et à mesure que le bus avance, elles ont les yeux aux aguets, sur les étals de leurs camarades (vendeuses de pagne) au bord du goudron. Devant le lycée Sacré-Cœur, l’une aperçoit sa couleur préférée c’est-à-dire le bleu et demande à sa camarade de faire automatiquement stop. Aussitôt, elles descendent pour aller négocier le prix.

Quand on tient à quelque chose d’aussi important, en un jour aussi unique, il est rare de s’en passer au risque d’être malheureux.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici