Edito : De la duperie aux promesses

0
210

En ce mois de mars, unique en son genre, pour les femmes en général et la femme tchadienne en particulier, le Chef de l’Etat, Idriss Déby Itno a fait un discours de vérité voilée en tout genre au côté de la première dame, le 8 mars dernier à la Place de la nation.

Un discours aussi unique en son genre que l’on peut qualifier de leçons, de rapprochement, d’apaisement, de culte de la personnalité, de promesses… « Vous avez devant vous, un fervent défenseur de la femme et je le dis tout haut à qui veut m’entendre. Il s’agit ici pour le Tchad et pour le gouvernement surtout et l’ensemble des institutions de la République de mettre en œuvre l’ensemble des textes, décrets, ordonnances, lois que nous avons promulgué ». Cela fait combien des années ? Où était-il ? Est-ce, un réveil tardif ?

« Mes sœurs, mes filles, 2019 est une année électorale. Vous ne devez pas attendre pour prendre votre place légitime. Moi, je vous soutien. En ce qui me concerne, celles qui peuvent jouer ce rôle et peuvent être utiles pour le pays de se présenter sans crainte. Nous allons les soutenir ». Le Président de la République aurait dû se rappeler des femmes « inutiles » comme Djibergui Rosine Amane et les inspecteurs et contrôleurs de l’Inspection général d’Etat (Ige) à qui, il a froidement limogé.

« A l’édition 2020, l’Etat mettra un budget pour l’achat de pagne ou fabriquera ou achètera. Ça ne doit pas être un souci. Nous ferons les nécessaires pour que la femme tchadienne ait un sourire. C’est important. Ce n’est pas le gaz butane pour la cuisson du repas qui doit vous énerver. Ça reviendra et vous aurez moins cher ». Cette partie du discours peut complexe est en désaccord avec la réalité actuelle où la femme fait le pied de nez pour préparer à ses enfants. Ignorer le problème actuel et supposer des alternatives futures est inadmissible. C’est de l’illusion. Penser aux souffrances actuelles est le premier combat que le Président devrait entreprendre. Se réserver derrière un discours n’est pas prometteur pour la population.

Les promesses sont des promesses mais, les tenir qui sont difficiles. D’abord le gaz butane et 2020 viendra après Monsieur le Président.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici