Droits de l’Homme : les étudiants en droits plaident pour le respect des droits des femmes et des filles

0
354

Commencées depuis le25 novembre dernier, les rideaux sont tirés sur 16 jours d’activisme contre les violences basées sur le genre dans l’après midi du 10 décembre 2018 par une séance de plaidoiries des étudiants en droits. C’est le ministre de la justice, garde des sceaux, Djimet Arabi qui a présidé la cérémonie en présence des ambassadeurs de l’Union Européenne, de la France, des diplomates, partenaires, parents et amis des candidats.

Le concours de plaidoirie organisé par le Piblic Interest Low Center (PILC) et financé par l’Agence Française de développement et l’Union Européenne entre dans l’agenda de 16 jours d’activisme. La finale est coïncidée avec la célébration de la 70ème commémoration de la déclaration des Droits de l’Homme.

Placée sur le thème : « Défendre les causes de la femme », 5 candidats sur 10 ont plaidé pour la cause des femmes et des enfants. Ils ont tour à tour dans un procès fictif plaidé pour les situations des femmes et des filles qui ont subits des violences, des exploitations et harcèlements sexuels.

Après les séries de plaidoiries, Asna Eric Kamis a pu convaincre le jury avec son thème «Le proxénétisme». Adneli Sabine la deuxième a plaidé pour l’harcèlement sexuel.

Les prix sont constitués essentiellement des ouvrages en droits, des ordinateurs pour le 5ème, 4ème, 3ème et la 2ème a reçu un ordinateur et une imprimante. Le 1er un cheque de 650 000 francs CFA en plus des livres en droits.

Selon Me Kemneloum Delphine Djiraïbé, ce concours vise à encourager les étudiants en droits à la défense des Droits de l’Homme en général et en particulier les droits des femmes et des enfants.

Pour les lauréats, ce concours est certes un exercice dans leur fonction des avocats mais, il suscite plus de la motivation aux services des Droits de l’Homme.

Le ministre de la justice quant à lui a salué cette initiative avant de souligner que ce présent concours puisse mobiliser d’avantage les jeunes à s’intéresser aux questions de violation des Droits de l’Homme et à manifester l’engouement pour que les droits des femmes soit effectif et qu’il n’y ait plus de marginalisation à leur égard. eused

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici