Des lobbys asphyxient la CST

0
217

La Compagnie Sucrière du Tchad (CST) ne peut plus verser ses impôts à l’Etat, elle ne collecte plus la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) faute de ventes depuis quelques mois. Elle a perdu la bataille devant les importateurs véreux.

Désormais le sucre tchadien sera vendu presqu’aux mêmes prix que le sucre importé. La CST qui,vendait son sac de 50 kg à 32 000 FCFA toutes taxes comprisesdésormais,son sac de 50 kg se vend à 27 000 FCFA, a déclaré l’administrateur délégué de la CST, MahamatAlamineMaouloud lors du lancement de l’opération « Juste Prix ».

Selon l’administrateur,MahamatAlamineMaouloud, la baisse de ce prix intervient suite à la détaxation des produits à l’intérieurdu pays annoncée par le gouvernement. Or, dans la foulée, beaucoup de langues se délies pour dire que cette réduction a pour but de permettre à la CST de livrer ses stocks de sucre en voie de péremption d’une part, et se plier devant les lobbys d’importateurs véreux qui dictent leurs lois sur le marché de concurrence.

Devant ces lobbys qui importent le sucre étranger, la CST ne peut que se plier. Il faut dire que malgré moult missions effectuées dans neuf localités des sept provinces du Tchad pour identifier les différents types de sucre importé et relever les prix ont eu un échec cuisant. La mission des parlementairesa constaté ainsi du sucre en provenance du Soudan, de la Thaïlande qui entre par Tiné, Koulbous, Adré, Goz-Béïda et Tissi à destination, soit de N’Djaména ou Sarh qui approvisionnent toutes les provinces du pays. Le sucre de l’Union Européenne, du Brésil, du Maroc, et de l’Afrique du Sud entrant par Kouteré à destination de Moundou pour être distribué dans les autres localités.

Selon les résultats de cette mission, les prix de ces différentes marques de sucre varient d’un marché à un autre. A Moundou, chef-lieu de la province du Logone occidental, le sac de sucre de 50 kg, provenant de la Thaïlande, de l’Afrique du Sud, du Maroc et de l’Europe se vend à 27 000 FCFA, celui du Brésil à 26 000 FCFA, et celui du Soudan 28 000 FCFA, pendant que  la CST vend son sac de 50 kg à 32 000 FCFA toutes taxes comprises.

Finalement la CST a perdu la bataille des prix devant les sociétés étrangères. Elle ne peut rien faire contre le sucre indien, brésilien ou soudanais où les prix sont subventionnés par la consommation locale.

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici