Cisjordanie: un affrontement entre les policiers et les colons d’Amona fait six blessés dont cinq policiers et un civil.

0
349

Cinq policiers et un civil ont été blessés lors d’affrontements ce jeudi 3 janvier entre les forces de l’ordre et les colons sur le site d’une ancienne colonie évacuée en Cisjordanie occupée. Ces affrontements ont fait suite au démantèlement d’Amona en février 2017 par l’Etat Israël. Cette colonie de Cisjordanie est au cœur d’une bataille politique et légale depuis plusieurs années.
En mars 2017, le gouvernement israélien avait autorisé la construction d’une nouvelle colonie en Cisjordanie pour reloger les habitants juifs d’Amona, une colonie construite sans autorisations et évacuée en février 2017. Mais malgré l’accord conclu entre la direction des colons et les autorités israéliennes pour la construction de cette nouvelle colonie à la place d’Amona, des militants tentent de se réinstaller sur ce terrain. « Les forces de l’ordre ont entamé jeudi matin l’évacuation des occupants de deux bâtiments installés illégalement à Amona », a indiqué la police dans un communiqué.
Cinq policiers et un civil ont été blessés par des jets de pierres et deux personnes ont été arrêtées, selon le communiqué. « Des dizaines de jeunes ont usé de violences contre les forces de police qui ont utilisé des moyens de dispersion de manifestants », précise le communiqué. L’armée doit retirer les deux préfabriqués installés sur place quand la police aura évacué les civils qui manifestent pour éviter cette destruction.
La colonie « sauvage » d’Amona, c’est à dire illégale au regard de la loi israélienne, a été créée en 1995 sur les hauteurs de l’implantation d’Ofra, au nord de Ramallah comme site archéologique. Elle a ensuite été habitée à partir de 1997 par des jeunes colons.
Une quarantaine de familles y résidaient dans des maisons préfabriquées. Malgré son caractère « illégal » car construite sur des terres privées appartenant à des Palestiniens disposant de titres de propriétés validés par les autorités israéliennes, Amona s’était ensuite développée à l’aide de fonds publics.
AFP

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici