Tribune : Sur les traces du feu Maréchal Idriss Déby Itno

0
388

La relève plus que jamais assurée…
Par une matinée blafarde du 1er décembre 1990, le destin du peuple tchadien a basculé vers la liberté et la démocratie. Et ce, grâce au courage et à la témérité d’un groupe de patriotes avec à sa tête, le Colonel Idriss Déby.

Ce petit groupe de camarades a décidé de mettre fin à l’une des dictatures la plus sanguinaire du continent. Ce système abject et violent sans respect des droits de l’homme s’est adonné sans limite à des arrestations arbitraires, tueries et autres disparitions forcées…


Les Forces Patriotiques du Salut, résultante principale de l’Action du 1er avril 1989, se sont organisées, sur une courte période au regard des enjeux de l’époque au confin du Soudan pour lancer des attaques contre les positions des forces du régime de l’UNIR.

La détermination des camarades engagés et la justesse de leur cause produisent des victoires rapides plus éclatantes les unes que les autres. En un temps record, le monstre s’est écroulé et les forces du Salut sont rentrées par un 1er décembre 1990 héroïque, mais aussi historique dans la capitale, N’Djaména.


Auréolé par cette victoire, le Colonel Idriss Déby annonça au peuple tchadien le 1er décembre 1990, par une formule devenue célèbre, qu’iI « ne lui apporte ni or ni argent, mais la liberté et la démocratie ». C’est le point de départ de l’exercice du jeu démocratique libérant par voie de conséquence les énergies des formations politiques de la société civile et bien d’autres organisations qui sont le reflet de l’absence de dictature et de liberté de la parole.


Le premier défi qui a été relevé était l’organisation de la Conférence Nationale Souveraine. Cette grande rencontre historique a marqué le lancement du cycle du véritable jeu démocratique à travers l’organisation des élections présidentielles, législatives et communales. Depuis 30 ans, ce rythme se poursuit et les échéances électorales sont respectées.


Jaloux de la stabilité et de l’intégrité territoriale de son pays, le Maréchal du Tchad, Idriss Deby Itno, n’a jamais failli face aux défis de tous ordres. Il s’est toujours engagé sur les différents théâtres de combat, chaque fois que nécessaire, dès que la moindre menace plane sur la patrie.


Au mois d’avril dernier, en pleine période de Ramadan, des forces rebelles ont attaqué notre Pays. L’objectif visé était la déstabilisation de l’État de droit et de démocratie et retarder ainsi la trajectoire du développement du Tchad tracée par son Président.

C’est dans ces circonstances et pour défendre la Nation que le Maréchal du Tchad tomba sur le champ d’honneur ! Le Maréchal a consenti le sacrifice suprême, acte de courage et de bravoure rare d’un homme d’Etat en ce 21ème siècle, pour sauver son peuple et l’intégrité territoriale de son pays.


Malgré sa disparition brutale et tragique, la relève est plus que jamais assurée et l’ordre constitutionnel et la sécurité garantis.


Pour sa part, Le MPS a survécu à ce passage de témoin et repris la main pour poursuivre ses activités dans la paix et la sécurité. Face au nouveau contexte, le MPS évolue et s’adapte aux circonstances du moment. Notre objectif demeure inchangé, c’est-à-dire travailler pour le peuple.


Nous exhortons les militants et sympathisants du Mouvement Patriotique du Salut, fidèles aux idéaux insufflés au parti par son Président Fondateur, feu Maréchal du Tchad Idriss Déby Itno, à reprendre le flambeau pour défendre honorablement le pays partout où la situation l’exige avec courage et détermination.


Par ailleurs, le Conseil Militaire de Transition (CMT) poursuit son programme de transition dont le point central est marqué par l’organisation du Dialogue National Inclusif avec tous les acteurs de la vie politique nationale sans exception.

Au regard de l’importance de ce processus pour l’avenir de notre pays, nous MPS le soutenons fermement pour obtenir en définitive, une réconciliation définitive entre les filles et fils de notre pays.


Les trois décennies de stabilité de notre pays dans un contexte de crises, économique, sécuritaire, sanitaire et environnementale doivent être célébrées à l’occasion de la journée de la Liberté et de la Démocratie, le 1er décembre. C’est l’occasion de rendre un hommage exceptionnel au Maréchal du Tchad, mais aussi d’affirmer notre volonté de travailler pour poursuivre son œuvre et animer la vie politique de notre pays.

Laisser un commentaire Annuler la réponse.