Transports interurbains: Les prix seront doublés en application des mesures barrières

0
1968

Après trois (3) mois d’inactivité, les transports interurbains reprennent d’ici 21 au 25 juin pour permettre aux étudiants et enseignants de regagner leur poste. La question que l’on se se pose est de savoir comment les gens vont se prendre pour faciliter ces transports?


A N’Djamena, les différentes agences de voyages terrestres s’apprêtent pour rendre opérationnelle la décision du gouvernement de reprendre avec les transports interurbains d’ici dimanche 21 juin. Certains Chefs d’agence rencontrés, expriment leurs inquiétudes par rapport au respect des mesures barrières et le coût de transports.


Abakar Rosy, Chef d’agence d’Express Kingui de Moursal, pour lui, les prix de voyages seront fixés par rapport aux mesures barrières contre la covid19. Selon Rosy, les véhicules qu’ils ont, consomment beaucoup de gazoil, par exemple quitter N ‘Djamena pour Sarh, Il faut au moins 2 fûts de gazoil, là encore, il y a les taxes qu’il faut payer, explique t-il.

Rosy Chef d’agence d’Express Kingui photo/tachad


Rosy de dire que si le gouvernement demande aux transporteurs de diminuer le nombre de passagers, ils seront dans l’obligation de doubler le prix et s’il ne leur dit rien, ils garderont les mêmes prix de depuis toujours. Exemple N’DJamena-Sarh 15 000 FCFA.


Même raisonnement dans d’autres agences, rencontrée (Tacha Abéché et Mossoro). Mais pour l’agence STTL, ils attendent la réaction du syndicat des transporteurs pour se décider des prix.


Les chefs d’agence se lamentent aussi du fait que la décision du gouvernement ne concerne que les étudiants et enseignants. Pour eux, certainement les non concernés viendront et les agences seront remplies. Une autre inquiétude émise par les transporteurs, c’est la résurgence des nouvelles infections dues à la Covid19. « C’est depuis trois mois que les gens attendent à voyager, mais la reprise des transports interurbain, la propagation de covid19 ne sera t-elle pas là à nouveau ?, S’interrogent-ils.


Yorhein Ongsi Aristide

Laisser un commentaire