Technologie : House of Africa interpelle Airtel et Tigo sur la mauvaise qualité de leur prestation de service

0
331

Dans le cadre de ses activités, l’association panafricaine « House of Africa » a tenu un point de presse ce vendredi 18 septembre 2020 dans ses locaux sis au quartier Rogué-klemat dans le 2èm arrondissement de Ndjamena. Objectif rappeler à l’ordre les deux compagnies de téléphones mobiles Airtel et Tigo sur leurs actions de voler les crédits et MB des consommateurs.


Le vice-président du groupe de travail de consommateurs de “HOUSE OF AFRICA, Abakar Ahmat BILAYO fustige le comportement des téléphonies mobiles (Airtel et Tigo) en ce terme : « disparition ou vol de crédits et forfaits internet, qui est une nouvelle forme d’escroquerie planifiée, la réception des appels frauduleux et les SMS indésirables, la dégradation permanente des services mobiles et internet, plus récent encore, une arnaque à ciel ouvert sur la facturation abusive qu’ont subi les candidats au baccalauréat 2020 pour avoir accès à leurs résultats sans qu’on ne leur donne véritablement un résultat », constate Abakar.


Abakar continue de dire que Tigo et Airtel ont laissé les candidats au baccalauréat de 2020 dans une situation embarrassante, de stress et de désolation, bref les téléphonies continuent de se sucrer sur le dos des consommateurs, la coupure abusive et d’interruption du réseau jouant sur l’économie du pays ainsi que les commerçants et des hommes d’affaires.


De tout ce qui précède, la House of Africa exige aux téléphonies mobiles de « baisser le prix de diverses offres à savoir le coût de l’Internet, des appels, des SMS et de revoir la durabilité des services (date d’expiration de forfait), d’améliorer les qualités du réseau sur toute l’étendue du territoire, d’augmenter la bande passante pour un service de qualité, de considérer leur client, prendre en compte les cris d’alarme pour satisfaire les consommateurs-usager des mobiles, et surtout mobiliser les moyens nécessaires pour prendre en compte les réclamations des consommateurs ».


HOUSE OF AFRICA recommande aux autorités étatiques, les agences spécialisées compétentes de saisir cette défaillance de ces opérateurs vis-à-vis de leurs obligations et de mettre pression afin de fournir une prestation de service de qualité, à bon prix pour mettre à l’aise la clientèle. Lassociation demande aussi aux autorités publiques de rendre opérationnelle la portabilité des numéros c’est-à-dire la possibilité pour un abonné tchadien d’utiliser le même numéro d’abonnement, indépendamment de l’opérateur auprès duquel il est abonné même s’il change d’opérateur et aussi mettre en place un observatoire de consommateurs numérique.


Abakar demande au gouvernement « la levée de la censure des réseaux sociaux et le rétablissement de l’Internet dans les provinces du Tchad. Car censurer n’est pas une solution durable, dit-il avant de proposer au gouvernement de privilégier un programme national d’éducation numérique et aux réseaux sociaux dans les différentes langues locales afin de sensibiliser la population. « Les consommateurs Tchadiens doivent rompre le silence, de s’engager amplement avec la HOUSE OF AFRICA pour réclamer respect et droits », lance le vice président de travail de défense des droits des consommateurs, Abakar Ahmat Bilayo.


HOUSE OF AFRICA se dit disponible pour apporter sa modeste contribution pour un internet de confiance au Tchad. « Nous rappelons que cette sortie n’est pas pour amuser la galerie, d’autres actions d’envergure avec impacts considérables peuvent être entreprises sur tout le territoire Tchadien si la situation ne nous laisse pas le choix€, prévient-il.


Yorhein Ongsi Aristide

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici