TCHAD/ UNOWAS : Le Représentant de l’UNOWAS appelle ses Partenaires à accentuer leur mobilisation pour faire face aux multiples défis

0
498

Le Représentant spécial du Secrétaire général et Chef du Bureau des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS), Mahamat Saleh ANNADIF, a présenté en visioconférence, ce jeudi, 08 juillet 2021, au Conseil de sécurité, son premier rapport du Secrétaire général sur la situation en Afrique de l’Ouest et au Sahel et sur les activités de l’UNOWAS.

Malgré des progrès notables, la sous-région continue de faire face à des défis aussi multiples que persistants. Les défis Sécuritaires, les défis liés à la participation des femmes et des jeunes dans les instances de décisions, ainsi que les défis liés au changement climatique, pour ne citer que ceux-là, constituent des obstacles majeurs à la paix et au développement de l’Afrique de l’Ouest et le Sahel.

Abordant la situation sécuritaire, M. ANNADIF a souligné que « les actes terroristes dans le Liptako Gourma et dans le bassin du Lac Tchad, et la criminalité le long des côtes du golfe de Guinée doivent être traités sous l’angle régional, car les risques d’une jonction entre la menace venant de la mer et celle venant du Sahel sont réels. »

A cet égard, il a loué l’Initiative d’Accra qui regroupe le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana et le Togo, qui promeut une approche régionale, tout en notant « une nette amélioration de la coordination entre le plan d’action de la CEDEAO, la stratégie régionale de stabilisation du bassin du lac Tchad et la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel, afin d’assurer une approche globale et une stabilisation à long terme. »

Un autre sujet pressant a occupé une place importante dans l’intervention du Représentant spécial, c’est celui du changement climatique et son impact sur la sécurité dans la sous-région. A cet effet, il a rappelé l’initiative de l’UNOWAS en coordination avec les agences du système des Nations Unies et d’autres partenaires qui vient de mettre en place un groupe de travail régional des Nations Unies pour mutualiser les efforts et renforcer la coordination avec la CEDEAO sur ce sujet.

En tant qu’acteurs importants dans la sous-région, les jeunes femmes et hommes ont également fait l’objet d’une attention particulière dans l’exposé du Représentant spécial qui s’est félicité des avancées des législations nationales telles que les lois sur les quotas et sur la parité, et a appelé à plus d’efforts pour consolider une dynamique positive en matière de participation des femmes et de jeunes.

Laisser un commentaire