Tchad, une plainte contre le Procureur de la République pour abus de pouvoir

0
935

Tchad, une plainte contre le Procureur de la République pour abus de pouvoir


 
Des citoyens ont porté plainte contre le 2e Substitut du Procureur de la République près  le Tribunal de Grande Instances de N’Djamena, Mahamat Allamine Rachid, pour abus de pouvoir. Selon les plaignants, le Procureur a usé de son pouvoir pour maintenir en prison plusieurs semaines sans jugement, un prévenu qui est poursuivi pour injure et diffamation et qui a été déféré au parquet depuis le 26 janvier 2022.
 
Pire encore, selon les plaignants, le 2e  Substitut du Procureur de la République après avoir décidé de placer en détention le prévenu, il va le confier à son plaignant Haroun Adoum Abdéramane qui va s’offrir le luxe et le plaisir, jamais vu, de le conduire lui-même, comme un colis, à la Maison d’Arrêt à bord de son véhicule de marque Corolla immatriculé 14V0818A, accompagné de son voisin du quartier le nommé Alhadj Ahmat Zenallah qui, dans cette affaire, joue le rôle d’entremetteur.
 
Par ailleurs, alors que le 2e Substitut du Procureur de la République, après avoir instruit le dossier, l’a qualifié et renvoyé en Flagrant Délit, le bureau d’ordre du parquet a décidé de fixer la date d’audience au 24 Février 2022 en violation du Code de la procédure pénale en vigueur.
 
Faudrait-il le rappeler, l’article 435 du Code de la procédure pénale qui dispose expressément que : « l’individu arrêté en flagrant délit et déféré devant le Procureur de la République ou le juge de paix, s’il a été placé sous mandat de dépôt, est traduit sur-le-champ à l’audience du Tribunal conformément aux dispositions  de l’article 292 du présent Code. »
 
Cette affaire vient conforter ceux qui dénoncent l’inefficacité et les pratiques peu orthodoxes au sein de notre système judiciaire. 

Laisser un commentaire Annuler la réponse.