Tchad/Société : Soutien à la tannerie tchadienne

0
578


Pour maintenir l’activité économique traditionnelle et du savoir-faire des tanneurs tchadiens, la Force Barkhane en partenariat avec la mission de défense de l’Ambassade de France au Tchad, ont procédé à la remise officielle d’équipements le 1er février dernier au quartier DIGUEL dans la commune du 8ème arrondissement.

Assistance


Ces kits sont officiellement Rémi au président de la coopérative des artisans tanneurs de N’Djamena, en présence de représentant de ladite commune, du ministère de l’artisanat et de la chambre de commerce de N’Djamena.


Les travaux effectués grâce à l’action des militaires français comprennent le creusement d’un forage, l’installation d’une pompe à eau manuelle avec son bac de rétention, et la mise à disposition d’un moulin à moteur thermique sur le site de la dernière tannerie traditionnelle de N’Djamena.


Le centre de tannerie de Diguel appelé « Moundoulma », emploie plus de trois cents personnes dans des conditions de travail assez précaires. Constitués en groupes, des hommes s’activent autour de fosses creusées à même le sol avec un fond étanche. Certains malaxent avec leurs mains, les peaux de moutons, de chèvres, ou d’autres animaux. Les opérations de tannage commencent par l’immersion des peaux fraîches dans des fosses remplies d’eau contenant du natron. Après trois jours de bain, les peaux sont essorées, les poils enlevés manuellement à l’aide d’un couteau. Elles sont ensuite rincées à l’eau, avant d’être à nouveau immergées dans une fosse contenant de l’eau, des excréments de volailles et des graines d’acacia pillées. Elles sont ensuite séchées pendant 5 à 6 jours, puis assouplies manuellement.


Ce soutien de Barkhane permettra à la tannerie de se ravitailler en eau sans avoir besoin de puiser dans la rétention d’eau fluviale de la commune, et de moudre les graines d’acacia mécaniquement, épargnant ainsi aux femmes un travail particulièrement pénible : cinq minutes d’utilisation du moulin permettent d’obtenir la même quantité de moue d’acacia que 3 à 4 heures de travail au pilon….Le centre de « Moundoulma » est le seul à ravitailler les centres artisanaux et les maroquineries de N’Djamena.


La force Barkhane et l’ambassade de France sont fiers de contribuer au développement de l’activité économique traditionnelle et au maintien du savoir-faire des tanneurs tchadiens

Laisser un commentaire Annuler la réponse.