Tchad-NTIC: les Fournisseurs d’accès internet recommandent des conditions pour améliorer les services Internet

0
691

Suite à l’annonce de la réduction du coût de l’internet au Tchad, les acteurs du secteur des télécommunications et ceux concernés par le marché de l’internet se sont réunis à N’Djaména, afin de mieux canaliser l’écosystème de l’économie numérique au Tchad.

Cette rencontre a permis aux acteurs de l’internet de réfléchir sur les mécanismes qui pourraient faciliter l’accès à l’internet à une grande majorité de la population tchadienne.

En effet, la promotion de l’utilisation de l’Internet préoccupe tous les acteurs du numérique et en particulier les FAI (Fournisseur d’accès internet). C’est dans ce sens, les FAI se sont retrouvés avec les autres acteurs en atelier de concertation pour analyser sans complaisance l’état des lieux du marché de l’internet en répertoriant les atouts, les contraintes et les faiblesses du système actuel. La présence des opérateurs de téléphonie mobile dans le marché de l’internet fixe sans Licence FAI et sans cahier de charges, ont été évoqués.

Le Groupement des FAI s’est félicité de cette initiative première du genre qui a regroupé les acteurs et a permis de mieux comprendre le fonctionnement du système de l’Internet. Aussi, les FAI ont manifesté leur reconnaissance envers le President du Conseil Militaire de Transition pour l’exonération de taxes des appareils numériques et coût de l’internet.

Au cours de ces échanges, les FAI sont sortis peu satisfaits de cette large concertation qui les a permis de débattre sur l’état de lieux du marché et faire des propositions pour l’amélioration le secteur de l’internet.

Les FAI en assemblée pour l’amélioration des services Internet au Tchad

En cause, la non-prise en compte de certaines de leurs préoccupations majeures pour la fluidification et contrôle strict du secteur.

Cependant, après un travail fastidieux, les participants ont fait des recommandations à l’endroit du ministère en charge des Postes et de l’Economie Numérique, de l’ARCEP, des Operateurs et les FAI. Tout en espérant la prise en compte de certaines de ses recommandations dans un avenir proche par le ministère en charge et le régulateur, les FAI déplorent ces manquements.

Les FAI se plaignent sur le fait que les grossistes opérateurs backbone (Soudachad et Sotel) concessionnaires sont presents à la fois sur vente en gros et en détail et concurrencent leurs clients. Cette pratique est dénoncée par l’ensemble des acteurs, car, les opérateurs de téléphonie mobile détiennent 93% du marché selon l’observatoire de l’ARCEP.

Nonobstant, depuis l’octroi de la licence de type FAI à l’un des opérateurs mobiles en 2018 par l’arrêté N° 83, les FAI ont toujours contesté l’attribution de licence FAI aux OTM (operateurs de téléphonie mobile). Selon les explication, l’octroi de licence aux OTM qui détient déjà plus de 93% du marché, va créer une concurrence déloyale. Ainsi, les FAI n’ont pas d’objection sur la présence des opérateurs sur le Marché de l’internet, mais, ils craignaient une concurrence déloyale qui est illegale et conduira à leur faillites, s’ils reçoivent les mêmes types de licence. Les autorités sont interpellées afin de trouver une solution adéquate aux profits des tous les acteurs.

Il faut noter qu’au cours des discussions, les Groupement des FAI se sont focalisés aussi sur la Valorisation des infrastructures des réseaux à fibre optique existants (réseaux de transport et réseaux d’accès, la proposition d’un schéma de chaîne de valeur et les rôles de chaque acteur pour concrétiser un véritable accès de l’internet au Tchad.

Laisser un commentaire Annuler la réponse.