Tchad : les jeunes, face au défi de l’Internet et de la cohabitation pacifique

0
205

L’Union des Élèves pour un Avenir Meilleur (UEAM), grâce à ses partenaires Zilloul Arch et la société Ilnet Telecoms s’est entretenue au cœur d’un débat accès sur l’Internet et le vivre ensemble ce 25 Juillet à l’Ecole Supérieure des Sciences de Gestion Elliot Trudeau (ESSGET).

Placée sous le thème : « internet et le vivre ensemble, une relation explosive et un défi majeur pour la société », cette conférence débat s’inscrit dans un contexte particulier suite à crise sanitaire actuelle et surtout face aux nouvelles censures des réseaux sociaux au Tchad.

Ce moment de partage des connaissances sur l’Internet et a permis aussi aux panelistes de faire la lumière sur la question du vivre ensemble et quelques problèmes liés à la mauvaise utilisation des réseaux sociaux.

Le défi majeur que fait face la jeunesse tchadienne est celui de redonner une autre image afin de mieux vivre ensemble et dans la cohabitation pacifique.

Il faut noter que depuis quelques années, les dérives politiques ont entraîné des conséquences désastreuses et surtout l’harmonie dans les différentes sociétés tchadiennes ; les conflits ethniques, religieux et traditionnels sevient toujours et mettent en péril l’unité nationale. Afin de remédier à cela, l’UEAM s’investit pour le libre accès à l’internet et son utilité dans la société. Elle Néanmoins l’UEAM dénonce les conséquences dues à la mauvaise utilisation de l’Internet « l’Internet est utilisé pour la division ethnique et religieuse avec des messages haineux. Sur ceux, nous jeunes, nous devrons faire des campagnes de sensibilisation pour unir la jeunesse tchadienne afin de construire un Tchad meilleur et digne avec une jeunesse ambitieuse et ouverte », a souligné le Président de l’UEAM Hadjaro Alwali dans son allocution.

Les responsables de la société de l’Internet au Tchad quant à eux, ont mis un accent particulier notamment sur la question des difficultés qui entravent l’accessibilité à l’internet. Animée par Tidjani Mahamat Adoum, président de Internet Society Chad et Abdaraman Mahamat, la seconde phase du débat présente d’une manière générale ce qu’est l’Internet et en quoi il est utile pour les jeunes tchadiens.

En tant que concernés directes ils déplorent tout de même la bavure que subissent les utilisateurs « Notre position est pour l’internet ouvert et accessible à tous (…) On ne permet à personne de mettre de barrières dans l’internet. Tout le monde est libre de faire ce qu’il veut sur internet ». Pour lui, internet doit être un droit tout comme l’eau et l’électricité pour l’être humain « En promouvant ces valeurs, on ne peut pas accepter qu’ils y aient des censures quelque soit la gravité du problème » martèle-t-il.

l’artiste N2A, invité à cette assise interpelle la jeunesse tchadienne de s’unir afin de bâtir un Tchad meilleur « Ce qui nous unis est plus fort que ce qui nous divise (…) Aujourd’hui on doit vraiment essayer de se mettre ensemble, et de s’accepter. J’appelle à la conscience de cette nouvelle génération d’effacer les mauvaises habitudes et éducations »

Sur la question de l’Internet surtout des restrictions des réseaux sociaux, l’autorité n’a pas concerté sa politique avant de prendre ses décisions « C’est vrai que l’autorité de l’État est là mais avant de prendre des décisions il faut vraiment mesures les impacts. Personnellement je suis pas d’accord sur ses censures »

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici