TCHAD : l’Elysée se désolidarise de Mahamat Idriss Deby

0
487

Hier anti sixième mandat de Deby père, aujourd’hui antitransition militaire, les jeunes de la plateforme actions citoyennes et Wakit Tama mettent pression double pour un pouvoir civil.

Une pression commencée mardi 27 avril 2021 à N’Djamena et dans quelque autres villes du Tchad a fait bouger tous les nerfs de l’appareil de transition militaire de Mahamat Idriss Deby voire l’Elysée de Emmanuel Macron.

Une pression de moins quatre heures du temps à fait réagir l’Elysée qui s’est désolidarisé du conseil militaire de transition. La France en condamnant la répression des manifestations du mardi 27 avril, Emmanuel Macron a été très claire.  » Je suis pour une transition pacifique, démocratique, inclusive. Je ne suis pas pour un plan de succession et la France ne sera jamais aux côtés de ceux et celles qui forment ce.projet », crache l’homme de l’Elysée, qui récemment au Tchad a annoncé son appui total au CMT.

Qu’est-ce qui peur justifier ce vol de face d’Emmanuel Macron ?

Les images qui pullulent sur les réseaux sociaux montrent les jeunes qui brûlent le drapeau français, les stations services de marque française sacagées. Beaucoup des Tchadiens accusent la France d’être l’auteur des crimes et souffrance des Tchadiens.

Est-ce que la réaction de Macron c’est pour laver la France ?

Le président du CMT Mahamat Idriss Deby qui a pris le pouvoir depuis le 20 Avril suite aux décès de son père, lui aussi contraint par la pression à s’adresser pour la première fois à la nation. Une sortie très critiquée à N’Djamena. Les observateurs soulignent un discours vide de sens et qui affirme l’intention de perpétuer l’œuvre du Maréchal Idriss Deby Itno qui n’a jamais autorisé une marche pacifique en 30 ans de son règne.

L’amnesty lancé par Mahamat Idriss Deby serait donc sous le coup de la pression de la rue ?

Le general, Deby fils a indiqué dans sa communication que le Conseil Militaire de Transition appelle à une union sacrée autour de l’unique patrimoine qui est le Tchad. « Tous nos compatriotes, en exil, pour une raison ou une autre et qui sont loin de leurs terres, doivent rentrer au pays pour le bâtir ensemble. Leurs frères, leurs fils, leurs parents les attendent comme nous les bras ouvert dans l’esprit de paix et de réconciliation », a-t-il lancé.

Facebook Comments

Laisser un commentaire