Tchad/Législatives : l’opposition doit taire les querelles intestines

0
1978

Le collectif des regroupements et partis politiques non regroupes de l’opposition démocratique déplore la situation des élections législatives.


Après la sortie médiatique du chef de file de l’opposition le 15 mai dernier, se basant sur les élections avenirs ou il était question selon le chef de file, de repousser les élections à la poste crise sanitaire qui perdure encore. Une proposition qui a suscité beaucoup de questions.


Le collectif ; composé des partis FRODAT, CCPPOD ESPOIR, CAD, CAP-SUR et UNC appelle à la retenue et rappelle par ailleurs qu’il faut préparer ces élections de manière sérieuse pour gagner. Plusieurs choses se sont passé après la sortie médiatique du chef de file notamment le chronogramme qui fixe les législatives pour Décembre prochain, qui est d’ailleurs très mal fait surtout sans la distribution des cartes biométriques. La procédure de recrutement de l’opérateur pour la biométrie viole aussi certaines règles du code des marchés, la question du logiciel d’enregistrement biométrique suscite également de murmures puisque le logiciel n’a pas été présenté à l’opposition.


Le collectif invoque le disfonctionnement au niveau de la CENI causé par la division des membres pour des intérêts pécuniaires. Voulant réduire le nombre de kits de 2 000 à 850, une façon pour la CENI de biaiser les élections.


En effet, le collectif s’interroge sur la conduite du processus électoral enclenché. Les partis politiques non regroupés de l’opposition parle de l’incompétence du président de la CENI à aller au bout des attentes.
Il faut noter que d’après le programme, dans 6 mois se tiendraient les législatives qui seraient suivi 4 mois plus tard des élections présidentielles. C’est dans cette optique que le collectif propose au Chef de l’Etat d’agir dans un bref délai, au chef de l’opposition de convoquer les responsables des partis et le remplacement du Président de la CENI.

Laisser un commentaire Annuler la réponse.