Tchad : la plateforme met garde le gouvernement sur l’application de la loi 032

0
729

Tchad : la plateforme met garde le gouvernement sur l’application de la loi 032
La plateforme syndicale revendicative prévient le gouvernement par une conférence de presse animée conjointement par ses responsables, ce mardi 24 juillet 2018 à la Bourse du travail de N’Djaména de ne pas faire l’erreur d’appliquer la loi 032 (instituant la journée de la grève au Tchad) qui mettre selon eux, à risque et péril les négociations.
Le porte-parole de la plateforme, M. Barka Michel déclare que, le gouvernement a répondu toujours par des menaces contre les leaders syndicaux et les travailleurs dans leur ensemble en affichant sa détermination à appliquer contre eux une loi rejetée par tout le monde y compris le Bureau International du Travail (BIT). « Une loi que le gouvernement maintient uniquement dans le but de soumettre les travailleuses et les travailleurs à la misère. Le gouvernement est content d’appliquer cette loi parce qu’elle lui permet de payer seulement 3 trois jours de grève ce qui lui permet encore d’obliger les travailleuses et les travailleurs affamés de reprendre le travail et à la soumission par l’usure », martèle, porte-parole de la plateforme d’un visage crispé. D’après lui, au niveau de la plateforme il y a un réel problème de négociation avec le gouvernement.
« Nos interlocuteurs ne sont pas à la hauteur de leur responsabilité, ils n’ont pas les mains libres, ils ne peuvent pas prendre des décisions ni proposer quelque chose aux syndicaux. Ils véhiculent des fausses informations et ne rapportent pas fidèlement les propositions à leur hiérarchie », lâche, M. Barka Michel.
Pour la plateforme syndicale revendicative, les travailleurs ne demandent pas au gouvernement une augmentation de salaire et encore moins une amélioration de leurs mauvaises conditions de travail. Ils demandent qu’il leur paye leur salaire illégalement coupé depuis plusieurs mois et les travailleurs ne comprennent pas pourquoi ils doivent payer à l’Etat d’ici la fin de l’année 134 milliards de francs CFA.
« Tout cela, justifient la durée de la grève et la détermination des travailleurs à braver dans les prochains jours ou les prochaines semaines la force du gouvernement pour manifester leur colère », souligne, le porte-parole de la plateforme de la plateforme syndicale revendicative. La plateforme dit non aux menaces du président de la République et refuse d’être traité comme de terroristes, d’irresponsables, des criminels et de l’esclavage des temps modernes. Elle demande au gouvernement d’ouvrir rapidement des négociations avec elle et de chercher à réparer le tort qu’il a fait aux travailleurs par des mesures illégales et ce dans un délai acceptable. La plateforme syndicale revendicative rappelle aux travailleurs que ce qu’ils ont gagné par la lutte sera conservé par la lutte.

Zaman

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici