Tchad/JMP2020 : à Mongo, l’UNFPA est ses partenaires appuient les groupements féminins

0
586

Le Tchad à l’instar des autres pays commémore chaque année le 11 juillet, la journée mondiale de la population (JMP). Pour cette édition 2020, l’UNFPA avec ses partenaires ont remis quelques matériels aux groupements féminins qui œuvrent dans le développement de la localité.

Placée sous le thème de cette Journée « Ralentir la propagation de la COVID-19 : comment protéger la santé et les droits des femmes et des filles à l’heure actuelle », cette édition s’est célébrée en présence du SG de la province, le préfet de Mongo rural, le maire de la ville de Mongo, les organisations des femmes, des jeunes. Un thème qui cadre parfaitement avec les priorités du gouvernement exprimées dans la « vision 2030, le Tchad que nous voulons » et de son premier Plan National de Développement 2017-2021 et réitérer dans le Plan de Contingence National de Riposte contre la COVID-19.

Cette journée est marquée par la remise des matériels aux groupements féminins qui œuvrent dans le développement de la localité.

Il attire l’attention sur la pandémie de la COVID-19 qui a fait des ravages dans le monde entier, notamment sur les personnes, les communautés et les économies. Néanmoins, tout le monde nest pas touché de la même manière. Les femmes, qui représentent la grande majorité des agents de santé de première ligne, sont exposées au coronavirus de façon disproportionnée. Les chaînes d’approvisionnement sont perturbées partout dans le monde, ce qui affecte la disponibilité des contraceptifs et augmente le risque de grossesse non désirée.

Alors que les pays adoptent des mesures de confinement et que les systèmes de santé peinent à faire face à la crise, les services de santé sexuelle et reproductive sont relégués au second plan et la violence basée sur le genre s’intensifie.

De plus, les femmes travaillent de manière disproportionnée sur les marchés du travail précaires et sont plus durement touchées par les impacts économiques de la COVID-19. Près de 60% des femmes dans le monde travaillent dans l’économie informelle, plus à risque de tomber dans la pauvreté. Le travail de soins domestique non rémunéré des femmes a augmenté en raison de la fermeture des écoles et des besoins accrus des personnes âgées.
La pandémie frappe particulièrement durement les communautés marginalisées, aggravant les inégalités et menaçant de faire reculer les efforts pour ne laisser personne de côté. La réponse du Gouvernement du Tchad et de ces partenaires à la COVID-19 contribue à atteindre les objectifs de développement durable.

Facebook Comments

Laisser un commentaire