Tchad/Économie : Tchad, piégé par la banque Bitcoin

0
1021


Maître Alain kangonbé a tenu un point de presse ce samedi 12 février , dans une école primaire de la place, pour déclarer l’escroquerie dont plus de 2000 de ses clients sont victimes. Ce sont les abonnés de banque Bitcoin. Ces escrocs chef de bande sont Albedé Ichola djamou, Bello aremo et Ezeno, sont tous des nigérians. Ces derniers ont déjoué la vigilance de l’état tchadien avec toute sa suite et ont escroqué de fortes sommes des tchadiens .

Maître Alain


Selon maître Alain, ce sont les nigérians qui se sont installés à N’Djamena. Ils ont eu l’accord du gouvernement tchadien pour s’installer. Ils paient leur patante. L’état leur a donné même les agents de sécurité devant leur bureau. Ils se sont faits comme les banquiers. Quand tu déposes une somme quelconque tu as 15% par semaine comme taux d’intérêt. Ces derniers ont mis les tchadiens en difficulté financière. Car ils ont disparu avec les biens de ces derniers. Regardant les victimes, mains sur leur tête, visage crispé. Cette situation a mis certaines personnes en conflit, a-t-il précisé.


Parmi ces victimes, on note les pauvres élèves et étudiants, les enfants qui ont vendu les terrains de leurs parents, les comptables qui ont mis l’argent de certaines personnes dans cette banque Bitcoin, les hauts responsables de la place, sont cités comme victimes, les épouses qui ont déposé l’argent de ration ont vu leur bien partir. Tout cela c’est à cause de taux d’intérêt élevé.

Maître Alain, dans son discours tient le gouvernement du Tchad pour responsable au cas où ces escrocs ne sont pas arrêtés. Car pour lui ces criminels financiers sont arrivés par la grande porte. L’état s’est laissé avoir. Maître Alain martèle « qui peut on mieux faire confiance si ce n’est pas à l’état lui même. »


D’après maître Alain, cette offre dépasse l’entendement, intérêt de 15 % par semaine, aucune banque au monde ne peut faire cela. Comme le Tchad est un pays vierge, ces derniers ont su rouler les filles et fils du Tchad dans la farine. Maître insiste que le gouvernement sera responsable de ce chao, parce qu’il n’était pas vigilant. L’état devrait faire enquête de moralité avant de leur accorder l’autorisation de fonctionnement, a-t-il relevé.


Maître kangonbé demande à la population de demeurer vigilante et de signaler à la police au cas où elle trouve de telles personnes. Ces escrocs, deux parmi eux sont arrêtés, complices de la place, les autres sont à la recherche. Maître kangonbé informe que le mandat d’arrêt a été introduit, une base de données est envoyée à la police Interpol.
YOA

Laisser un commentaire Annuler la réponse.