Tchad/Culture : La 2ème édition du SICOBET à l’honneur de la création artistique

0
161

La 2ème édition du salon international des cosmétiques et de beauté au Tchad (SICOBET), placée sous le thème : « Le développement des métiers des cosmétiques et de beauté à l’ère numérique », s’est ouverte ce matin, vendredi 8 novembre 2019 à la maison de la femme de N’Djamena.

« Nous rééditons l’évènement pendant deux jours, en lui donnant encore plus d’ampleur, en réaffirmant notre appui sans faille à la création artistique à travers nos différentes sélections, et en donnant la priorité à la femme et surtout à la jeunesse qui fait le monde des cosmétiques et de la beauté de demain », a précisé Adrienne Ndoubayo, promotrice du SICOBET à l’ouverture de l’évènement.

Selon elle, le SICOBET est né d’un rêve, d’une passion de faire partager la vitalité méconnue des cosmétiques et de la beauté qui se fait au quotidien et qui se révèle être une industrie promotrice et créatrice d’emploi pour les jeunes dans le monde en générale et au Tchad en particulier vu que la population tchadienne est majoritairement jeune et constitué de plus de 52% de femme qui investit plus de la moitié de son revenu dans les produits cosmétiques.

« L’objectif de cette rencontre demeure la valorisation de ce secteur d’activité composé en majorité des artisans des cosmétiques. A travers cela, nous recherchons une structuration bien planifiée du métier avec l’aide du département en charge. Nombreux sont ceux qui, pour rompre avec le chômage et subvenir aux besoins de leurs familles, sont devenus des entrepreneurs en la matière mais évolue de façon informelle », a-t-elle lancé.

Madame Fatimé Yaya Abdoulaye, maire du 8ème arrondissement et Fatimé Magnani, directrice générale adjointe de la Maison de la Femme, se sont relayés tour à tour pour soutenir cette initiative louable, qui permettra de vanter le mérite de la diversité et beauté tchadienne même si ce secteur est négligé et non formalisé.

Pour le représentant de la ministre du développement touristique, de la culture et de l’artisanat, Dehyé Wakalo Adoum cette célébration de la beauté tchadienne dans toute sa diversité est d’abord : la beauté des matières premières du sous-sol, la beauté des cosmétiques made in Tchad à base des matières premières du terroir, la beauté de création des stylistes, la beauté du travail d’esthéticiens…

Au menu de deux jours (8 au 9 novembre) d’activités pour les professionnelles des cosmétiques, il y aura une foire pour exposition-ventes, la formation sur l’adaptation du métier et les TIC, des rencontres B2B entre fabricants et clients, des causeries débats, des consultations dermatologiques et capillaires, des ateliers coachings pour le maquillage, la coiffure, le stylisme et des jeux-concours.

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici