Talibans d’Afghanistan, Djihadiste au Sahel : Quelles leçons doivent tirer les Sahéliens de ces 20 années de conflits armés sans succès

0
1029

L’Afghanistan et le sahel sont deux territoires ayant des similitudes très apparentes même si certaines de leurs réalités sont différentes. Cependant les similitudes sont les aspects qui nous intéressent le plus dans cet article. Premièrement ces pays ont en commun une population majoritairement musulmane, d’obédience sunnite selon le Pew Forum on Religious et Public life, dans l’article « The Future of the global muslim population, projections for 2010-2030 ».

La population du sahel et de l’Afghanistan est composé de plus de 90% de musulmans, soit 99% pour certains ou 95% pour d’autre. Ensuite ces deux territoires souffrent des mêmes problèmes sur le plan climatique  (sécheresse), démographique (population majoritairement jeune sans éducation scolaire) mais également sur le plan politique où l’instabilité fait lois, depuis les années d’indépendance des coups d’Etat militaires sont observés presque chaque décennie (Au Sahel).

Même s’il est vrai que les pays du sahel sont un exemple de démocratie a l’image de l’occident, contrairement à l’Afghanistan il n’en demeure pas moins qu’ils sont des Africains musulmans dont la plus part sont sunnites. Ensuite l’instabilité politique depuis les années de l’indépendance en raison des coups d’Etat militaire et la multiplication des groupes armés djihadistes dans le nord d’Afrique et le sahel ne facilite pas la tâche à la naissance d’une démocratie digne de ce nom. Enfin la pauvreté qui se présente comme similitudes la plus apparentes entre ces eux espace géographique et cela malgré des milliards d’investissement au cours des années.

A cet effet beaucoup de leçons sont à retenir du conflit de l’Afghanistan. Leçons qui doivent servir de boussole pour les conflits de même catégorie comme le conflit contre le terrorisme et les groupes armés au sahel. Il apparait clairement aujourd’hui qu’aucune guerre contre le terrorisme ne peut être gagnée que par les armes.

Pendant 20 ans de guerre contre talibans, les Américains et les troupes de l’OTAN n’ont pas pu mettre à terre ces combattants insurgés, au contraire ils ont fini par quitter l’Afghanistan sans gain de cause, après des milliards de dollars d’investissements dans la formation de militaire Afghan, sur l’éducation (etc..) les talibans ont fini par occupé toute l’Afghanistan et prendre le contrôle totale du pouvoir politique au grande dame de la plus puissante armé du monde et ses alliés.

Ceci est une leçon de plus à retenir par les Etats sahéliens qui se trouvent actuellement dans la même situation, où les mêmes modes opératoires sont répétés, sans aucune innovation stratégique de la part des puissances extérieures en présence au sahel. On peut également retenir qu’après 20 ans de guerre sans merci, les terroristes peuvent au fil du temps changer du statut de terroriste aux partenaires de négociations, partie politique etc…

Pourquoi ne pas privilégier la voie du dialogue dès le début, si à la fin on peut négocier avec eux. Parce que tôt ou tard ces groupes peuvent grimper les échelons comme les talibans et avoir en fin de compte la reconnaissance de la communauté internationale. Il faut savoir les conséquences de cette guerre sahelienne pourraient être plus néfastes qu’en Afghanistan, parce que les groupes armés djihadistes au sahel ont des ambitions extraterritoriales (ils ne considèrent pas les frontières comme obstacle à leurs évolutions) contrairement aux talibans qui sont uniquement en Afghanistan.

Le bilan humain au sahel est extrêmement lourd à l’image de l’Afghanistan

Le bilan humain au sahel est extrêmement lourd à l’image de l’Afghanistan, chose qui est sans conséquence majeure sur la population et un effet domino sur la durabilité du conflit. Outre les femmes qui perdront leurs maris, les mères qui perdront leurs enfants, des enfants qui verront leurs parents mourir sous leurs yeux, ce conflit fait naitre une double frustration (pauvreté et peur de mourir à tout instant) dans les populations et un sentiment de vengeance.

Les Sahéliens seront condamnés à une guerre inutile sans fin. On retient en finale que le dialogue est la vois la plus sûre pour arriver à une paix durable, parce que même dans les situations les plus compliqués l’esprit de la démocratie doit régner, c’est en dialoguant avec son ennemi qu’on saura lui faire appliquer nos volontés pas en le tuant. Négocier ne veut aucunement dire capituler, par conséquent le but ne pas de gagner la guerre avec des milliers de morts mais c’est de gagner la paix. Imposé un modelé de gouvernance ou de vie a une population n’a jamais apporté de solution pour le bien être du monde, c’est en acceptant l’autre dans sa différence qu’on donnera à la démocratie sa valeur.

Almoubarak Elhadji Tiekoura Diplômé en Géopolitique et relations internationales, Jeune Chercheur sur les questions des conflits armés en Afrique

Laisser un commentaire Annuler la réponse.