Société : Wakit Tamma conditionne sa participation aux différentes phases du processus de transition

0
360

A travers un communiqué de presse, la coordination des actions citoyennes Wakit Tamma pose des conditions avant  de participer aux différentes phases du processus de transition.

Dans ce document, la plateforme « Wakit Tamma » dit avoir regretté que malgré ses alertes et avertissements, le Conseil militaire de transition (CMT) et son gouvernement posent des actes qui “éloignent la période de transition de toute perspective consensuelle et inclusive”. La plateformen pointe du doigt les décrets fixant les composantes du Conseil national de transition (CNT) et les critères de désignation de ses membres ; celui mettant en place le comité ad hoc de sélection des membres du CNT et le dernier portant mise en place du comité d’organisation du dialogue.

Wakit Tama exige la révision de la Charte de transition :

  • introduire la Conférence nationale souveraine et inclusive (CNSI) en lieu et place du dialogue national;
  • créer les conditions juridiques de la CNSI en définissant son ancrage institutionnel;
  • redéfinir les critères de désignation des acteurs devant prendre part à la CNSI, tant en termes de qualité que de nombre;
  • proposer les services d’un facilitateur international pour conduire les travaux de la CNSI;
  • préciser la durée de la transition actuelle qui doit prendre fin avec les travaux de la CNSI;
  • préciser de manière forte l’inéligibilité des membres du CMT et du gouvernement aux prochaines échéances électorales;
  • prendre un décret d’amnistie générale à l’effet de rassurer tous les participants à la CNSI.

Wakit Tama demande une déclaration formelle du président du CMT à la Nation, appelant à un cessez-le-feu général et s’engageant solennellement au respect du processus convenu avec l’UA, et à l’application stricte de la démarche consensuelle et inclusive dans la relation avec les acteurs nationaux. A ce titre, un schéma cohérent garantissant la participation sans risque de toute l’opposition armée à la Conférence nationale souveraine, doit être défini.

Laisser un commentaire