Société : Lutte contre le mariage d’enfant, la World vision implique les média

0
869

En prélude au lancement officiel de la campagne dénommée « Ensemble mettons fin au mariage d’enfant au Tchad » le 25 septembre prochain à Koumra, L’ONG World Vision Tchad a animé une conférence de presse ce vendredi 20 septembre à la bibliothèque nationale de N’Djamena, sur le thème : Etats des lieux sur le mariage d’enfant au Tchad : perspectives. « Ensemble pour un Tchad sans mariage d’enfant »

Le mariage d’enfant au Tchad est devenu un problème de société auquel il faut mobiliser assez d’efforts pour faire éradiquer cette pratique néfaste qui gangrène encore le plein épanouissement des enfants surtout les filles. Cette pratique au Tchad est liée aux inégalités de genre où les filles sont toujours considérées comme les moins importantes ou incapables de faire ce qu’un garçon peut faire. Selon les statistiques du ministère de la femme, de la protection de l’enfance et de la solidarité nationale, 67% des filles sont mariées avant  l’âge de 18 ans et 30% avant 15 ans. Ces taux placent le Tchad deuxième en taux le plus élevé de mariage d’enfant

C’est pourquoi, la World Vision étant présente dans quelques provinces du Tchad, se préoccupe des différentes violences faites aux enfants à travers sa campagne « Ensemble mettons fin au mariage des enfants au Tchad », dans trois provinces notamment le Mandoul, la Tandjilé et le Ouaddaï. « En collaboration avec le ministère de la femme, l’ONG World Vision Tchad a choisi  de contribuer à la réduction du taux de mariage d’enfant au Tchad », indique le Directeur National de la World Vision Tchad, Evariste Habiyembere.  

Pour la Manager de plaidoyer et protection de l’enfance à la World Vision, Atomini Birahor Nadine, en associant les média, l’on pourra décourager cette pratique. « Dans cette lutte, il faut une contribution de tous. Surtout les leaders religieux, pour que le combat soit gagné », souligne-t-elle en mettant l’accent sur les facteurs socioculturels, religieux et économique et la méconnaissance des dispositions légales du mariage au Tchad.

Parlement des enfants tchadiens

« Si la pratique est difficile à éradiquer, c’est parce que, au Tchad nous avons à faire à des gens qui ont les bras long », dit Lazare Tikri, Coordonnateur National de protection de l’enfant et du plaidoyer. Pour lui, malgré que le Tchad s’est doté de la loi 029/PR/2015 interdisant le mariage d’enfant au Tchad, les statistiques sont toujours plus élevées.

Namayo Gondje, point focal protection d’enfance, souligne que le ministère et ses partenaires œuvrent toujours pour l’application intégrale de la loi sur le mariage d’enfant.

La World Vision Tchad à travers « ensemble mettons fin au mariage d’enfant au Tchad », se veut appeler à l’application effective de la loi 029 sur l’interdiction des mariages d’enfants, améliorer l’accès à l’éducation de qualité pour les filles, faciliter la mise en œuvre de la politique nationale du genre pour dire non à la discrimination faite à l’encontre des filles, créer et renforcer le dialogue entre les leaders religieux, le gouvernement et les communautés afin de renoncer à la pratique néfaste du mariage d’enfants.

Par KITA Ezéchiel

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici