Société : La CASAC moralise les agitateurs et demande à la jeunesse de rester vigilante

0
209

L’annonce du report du calendrier électoral pour le premier trimestre de l’année 2020, suscite des réactions. La CASAC coalition des Associations de la Société Civile pour l’Action Citoyenne, se dit outrée par certaines positions adoptées par une partie de la classe politique, par rapport au calendrier électoral législatif.

Après plusieurs demandes incessantes d’organiser les législatives  en son temps, aujourd’hui des voix s’élève pour s’insurger contre l’organisation de ces mêmes élections législatives. Une situation qui laisse perplexe la CASAC. « Quotidiennement, nous constatons des réactions époustouflantes voire abracadabrantes, frisant parfois l’indécence, par rapport aux diverses opinions de certains membres de la classe politique Tchadienne, qui rejettent l’organisation d’élections dans notre pays », souligne le président de la CASAC, Mahamoud Ali Seïd .

Mahamoud Ali Seïd, demande à ces acteurs politiques, et ceux de la société civile, qui surfent sur les pesanteurs de haines et de divisions, qu’ils se rendre à l’évidence que le peuple Tchadien est désormais mûr, et à ce titre, il ne permettra guère à un quelconque de venir véhiculer les messages de déstabilisations, teintés de germes nauséeuses, qui sentent indiscutablement la mauvaise foi patriotique et l’incivisme.

« Nous pensons au niveau de la CASAC que le Président de la République est la synthèse de la nation ; quand il éternue, c’est toute la société qui s’enrhume », dit-il. Ajoutant qu’elle n’acceptera pas que des petits esprits égarés dans le train-train froid de l’exil, et en mal d’existence, puissent proférer à son encontre des propos abjects, et qui plus est, irrespectueux, dans le seul but d’écorcher son image, et en filigrane celle du Tchad.

Pour la CASAC, le Tchad est aujourd’hui entouré par plusieurs foyers de tensions, caractéristique de l’insécurité ambiante au sahel. La cohésion nationale et le sens de responsabilité de nos compatriotes, dans leur entièreté, sont vivement interpellés.  Elle demande à la population Tchadienne de ne point céder aux allégations creuses, mensongères et dénuées de tout soubassement rationnel, de ces nouveaux parangons politiques, aux cols blancs, qui chercheraient désespérément, à se faire de la publicité sur l’autel de la naïveté du subconscient collectif national, lance Mahamoud Ali Seïd.

Le président de la CASAC va donc sans dire,  que les tintamarres cybernétiques produits par les activistes au sein des réseaux sociaux, n’absoudront jamais les avancées politiques majeures de notre pays et dit, que la jeunesse étant le fer de lance d’une nation, « elle ne doit pas suivre les crachats insensés de ces activistes, qui ont fait des réseaux sociaux, leurs tribunes de propagandes par excellence », crache-t-il tout en demandant à la jeunesse d’appréhender la réalité avec beaucoup de sagesse et de maturité.

La coalition des Associations de la Société civile pour l’Action Citoyenne (CASAC), soutient les actions posées par les pouvoirs publics, notamment l’état d’urgence, ainsi que la lutte contre l’usage des armes de guerre par les civils, dans les différends qui les opposent et appelle la population Tchadienne, à être vigilante à pour les échéances électorales à venir. Car dit-il « l’esprit républicain doit absolument prévaloir sur les autres dividendes politiques personnel, qui ne décrédibiliseront que leurs propres auteurs ».

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici