Société : dix ans après, les ex-travailleurs de Pride Forasol réclament le paiement de leurs droits

0
276

L’Association des Ex-Travailleurs de Pride Forasol pour la Défense des Intérêts et la Survie (AEPDIS) a organisée une conférence de presse ce jeudi 03 juin à la maison des Médias pour réclamer le paiement de leur droit par la société Pride Forasol.


Selon le Secrétaire Général de la coordination M.TAKORAL Denis, c’est depuis plus de dix ans (10) qu’ils sont victimes des aléas de la vie en étant dans des divers tribunaux du Tchad pour avoir gain de cause. Mais la société Pride Forasol persiste dans ses diatribes dilatoires.


Pour lui, le seul but de Pride Forasol est de les découragés pour que la pauvreté et misère puisse les craquer et ce en acceptant des montants dérisoires. TAKORAL Denis indique que Pride Forasol et son conseiller Me Digamgoto Thomas ont toujours défié les décisions de justice en cultivant un système de dilatoire provoquant et insultant vis-à-vis le système judiciaire Tchadien bien que leur démarche dans les tribunaux, ils ont eu gain de cause depuis plus de trois ans.

« C’est depuis plus de trois ans que la justice nous a donné raison, Me Thomas, dans son dilatoire légendaire a interjeté appel de la décision de la Cour d’Appel pour nous retrouver à la Cour Suprême N/Réf 347/Cakda/12 et on se demande ce qu’est devenu notre dossier qui n’attends qu’un rapport de ladite Cour pour intériner la décision de la Cour d’appel qui n’était pas du goût de Pride et de son conseiller, alors que chaque jour le Bon Dieu, nous continuons par enterrer nos membres et ceux qui sont sur les lits des hôpitaux n’ont que leurs larmes comme argent de médicaments… », exprime t-il.


Les ex travailleurs de Pride Forasol demandent ce qui leur revient de droit. « Nous ne demandons pas l’aumône à Pride Forasol mais uniquement ce qui nous revient de droit, le fruit de notre sueur », martel TAKORAL Denis.


L’AEPDIS demande le soutien des plus hautes autorités de la transition pour qu’une issue favorable soit trouvée car disent-ils  » Nous n’avons ni force, ni le courage, ni l’intention de braver la quiétude sociale dans ces moments ci.

Abraham KAITAMA.

Facebook Comments

Laisser un commentaire