SME2019 : En entrepreneuriat, la perte est une leçon à apprendre

0
144

A l’occasion de la semaine mondiale de l’entrepreneuriat 2019, quatre entrepreneurs ont tenu en haleine les étudiants de l’université de l’aménagement et d’innovation sis au quartier Sambangali, dans le 3eme arrondissement de la ville de N’Djamena/ Tchad, hier 19 novembre.

L’objectif principal de cette action est de porter à la connaissance des étudiants et bien d’autres personnes d’être autonome dans leur vie. Pendant que d’autres ne pensent qu’à l’école et aux études, avoir un diplôme et intégrer la fonction publique. Cette idée, il faudrait la bannir de la tête des gens, ont-ils conseillé à l’assistance. L’entreprenariat s’il faut le rappeler est un mot qui existe depuis très longtemps dans le dictionnaire français, mais semble être nouveau pour le peuple tchadien, a souligné un des caravaniers.

En effet, disent-ils, l’entrepreneuriat consiste à faire une activité génératrice et libérale, être sur le marché avec son idée. Selon eux, avoir une idée c’est avoir l’argent en poche. « Il ne faut pas avoir honte d’oser, d’essayer, la perte est une leçon à apprendre », exhortent-ils. Selon Nouba kosmala, en réalité il n’y a pas de l’échec dans l’entrepreneuriat mais seulement de mauvaises habitudes, de mauvais plans d’affaire. « Quand un plan A ne marche pas, il faut changer un plan B voir ce qui peut donner », a-t-il indiqué.

Ces entrepreneurs ont des propos quasiment parallèles à ce que pensent les autres, pour eux, beaucoup de personnes pensent qu’il faut avoir de l’argent avant d’entreprendre quelque chose mais c’est faux, retorquent-ils. « Car à base de rien les gens sont parvenus à réaliser leur rêve,  par exemple les fondateurs de Facebook, WhatsApp..», ont-ils expliqué.

Plusieurs interventions ont suscité des interrogations au cœur des participants, selon lesquelles, est-ce que tout le monde est appelé à entreprendre ? Konodji Apollinaire rebondit « oui », « l’ennemi de l’entreprenariat est la paresse et la peur de l’échec », a-t-il précisé. Mais il faut noter qu’il y aura toujours de perte dans ce domaine.

Les représentants du ministère de la formation professionnelle et des petits métiers  ont informé quant à eux, les participants sur le rôle que joue ce ministère dans le milieu jeune. Il est chargé d’orienter les jeunes dans le domaine de l’entreprenariat, financer les projets et d’orienter les élèves en classe d’examen de ce qu’ils doivent faire après leur baccalauréat. Leur siège est à Habhena derrière terrain Koulamala de N’Djamena dans le 7ème arrondissement.

Yorhein Ongsi Aristide/journaliste stagiaire

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici