Sécurité alimentaire : une nouvelle politique nationale de stockage envisagée entre le Tchad et la CEDEAO

0
592

L’Office National de Sécurité Alimentaire (ONASA) et ses partenaires ont eût un atelier national de cadrage pour l’élaboration de la stratégie nationale de stockage de sécurité alimentaire. 48 heures de travaux ont permis aux acteurs du secteur alimentaire de répondre aux questions liées au stockage, et le processus d’élaboration de la stratégie nationale de stockage de sécurité alimentaire.


Débuté le 16 Décembre dernier, cet atelier a été un cadre d’échanges qui à impliquer tous les acteurs du secteur alimentaire et quelques membres de la CEDEAO. À l’ouverture des travaux, le Directeur Général de l’ONASA M. Asseïd Gamar Assileck a indiqué le contexte selon lequel s’inscrit atelier national. Pour  lui, la mise en place du stock de sécurité alimentaire fera une situation sur les grandes stratégies de sécurité alimentaire du Tchad. Ce cadre de concertation formalise l’adhésion de ces structures à un mécanisme de solidarité régionale permettant de renforcer la capacité à la conception et à la mise en œuvre de la réserve à l’échelle du pays, de la CEDEAO et du CILSS.

Il faut dire que la situation de référence en rapport avec la politique de stockage alimentaire au Tchad se focalise sur la récurrence des crises alimentaires qui a obligé les gouvernements des pays de l’Afrique de l’Ouest à créer des instruments de gestion et de prévention appelés « Stock de sécurité alimentaire ».  Durant ces deux jours d’atelier, les participants ont défini plusieurs phases afin de recueillir les éléments à travers la documentation qui constitueront la feuille de route.

L’objectif global de ce processus vise à doter le Tchad d’une politique nationale de stockage et des instruments de gouvernance pour une sécurité alimentaire et nutritionnelle durable validée par les instances techniques du pays. Une diagnostic à été faite pour la réalisation de cette étude pour mener à bon terme sur la situation existante en vue de fournir les éléments d’information sur les aspects clés sur la sécurité alimentaire du Tchad.

En effet, à l’issue de cet atelier participatif, dans lequel l’on situe le contexte de la situation alimentaire et nutritionnelle du Tchad qui est similaire à celui de la CEDEAO avec les pays sahéliens, et se veut et aussi de faire la capacité d’adaptation selon le pays. Au-delà des efforts des différents gouvernements, une nouvelle trajectoire est définie afin de permettre le développement agricole de façon efficace, et de permettre un échange permanent, fluide et structuré d’information en matière de stocks alimentaire qui elle-même fera l’objet d’un contrat cadre entre la CEDEAO et le Tchad, informe, le directeur général technique de la production et de la formation.

Le directeur général technique de la production et de la formation, M. Allakere Arthomas par le a vivement salué ce travail bien abattu.

Il faut aussi rappeler cet atelier national de cadrage pour l’élaboration de la stratégie nationale de stockage de sécurité alimentaire permettra de précéder à l’évaluation de la situation présente de la stratégie nationale de stockage et des instruments de gouvernance du Tchad, suivant une approche participative impliquant les acteurs concernés par cette problématique. Il y a eu des propositions visant à donner la cohérence avec la stratégie nationale de stockage.

Le chef de la division des opérations techniques de l’Agence Régionale pour l’Agriculture et l’Alimentation de la CEDEAO, Dr. Bilgo Ablassé informe qu’au delà de cet atelier de cadrage national, un appui financier à hauteur de 150 millions pour le compte d’une association des éleveurs nomades du Tchad dans trois provinces N’Djaména, Batha, Guéra va renforcer effectivement le secteur agricole.

Facebook Comments

Laisser un commentaire