Santé : Le virus de chikungunya fait rage à Abéché dans le Ouaddai

0
1364

À Abéché dans le Ouaddai la maladie de chikungunya a atteint plus de 9000 personnes selon le ministère de santé. Le chikungunya est une maladie virale transmise à l’homme par des moustiques infectés.


Apparue il y a de cela quelques mois, le virus de chikungunya continue de faire de ravage dans le Ouaddaï. A lheure où nous mettons ces paragraphes en lignes, plus de 9000 cas ont été notifiés. Il faut signaler quil n’existe pas de médicaments spécifiques qui permettent de guérir la maladie de chikungunya.


Selon les techniciens, le traitement essentiel a pour but d’atténuer les symptômes, notamment l’arthralgie, au moyen d’antipyrétiques, d’analgésiques et d’un apport optimal de liquides. Mais Le meilleur moyen de lutter contre la transmission de cette maladie (chikungunya) consiste à se protéger contre les piqûres du moustique tigre et de ralentir sa reproduction en détruisant les gites larvaires les plus évidents.


Selon l’OMS, le chikungunya est une maladie virale transmise à l’homme par des moustiques décrite pour la première fois à l’occasion d’une flambée dans le sud de la Tanzanie en 1952. Il s’agit d’un alphavirus de la famille des togavirides. Le nom de « chikungunya » vient d’un verbe de la langue kimakonde qui signifie « devenir tordu » ce qui décrit l’apparence voûtée de ceux qui souffrent de douleurs articulaires. Le virus peut causer une maladie aiguë, subaiguë ou chronique.


La maladie se caractérise par l’apparition brutale de fièvre souvent accompagnée d’arthralgie. Les autres signes et symptômes communs sont myalgies, céphalées, nausées, fatigues et éruption.


Les personnes atteintes de cette maladie, un nombre se rétablit complétement au bout de quelques jours mais l’arthralgie est souvent invalidante, elle disparaît quelques jours ou semaines après. Dans certains cas, l’arthralgie peut persister pendant plusieurs mois voire plusieurs années. Selon lOMS, des cas occasionnels de complications oculaires, neurologiques et cardiaques, ainsi que des douleurs gastro-intestinales, ont été signalés.


« Les complications graves ne sont pas fréquentes, mais chez les personnes âgées, la maladie peut contribuer à la cause du décès. Les symptômes sont souvent légers chez les personnes infectées et l’infection peut passer inaperçue ou faire l’objet d’un diagnostic erroné dans les zones où sévit la dengue. »


Traitement


En premier lieu, il convient d’éliminer les eaux stagnantes, chez soi et autour de chez soi. Pour ne pas que cette maladie se propage et faire plus de victimes au Tchad, il vaut mieux respecter le traitement au titre préventif donné par les médecins en charge.


Yorhein Ongsi Aristide

Facebook Comments

Laisser un commentaire