Santé : La poliomyélite refait surface au Tchad, les acteurs s’engagent pour la riposte

0
229

Après la notification des cas d’infection du virus sauvage de la poliomyélite à Koundoul dans le district sanitaire de Mandelia, le ministère de la santé publique et ses partenaires technique et financiers s’engagent pour la riposte.
Du 25 au 29 novembre prochain, dix districts sanitaires bénéficieront de la campagne de lutte contre le virus sauvage  » la poliomyélite ». Les districts sanitaires concernés sont le Chari- Baguirmi, Hadjer Kamis, Mayo Kebbi-Est et la commune de N’Djamena.


Lancée dans le centre de santé deToukra dans le 9e arrondissement de N’Djamena, la campagne vise tous les enfants de zéro à 59 mois.
Le Tchad qui n’a pas notifié le cas de cette maladie paralysante et invalidante depuis 2007, vient de notifier un cas à Koundoul dans le district sanitaire de Mandelia le 09 septembre dernier. C’est pourquoi il est urgent de renforcer les stratégies de riposte aux frontières du Tchad. « Nous devons doubler d’efforts pour que notre pays soit un pays sans polio et pour toujours », exhorte le ministre de la santé publique, Pr Mahamoud Youssouf Khayal.


« La santé de la population est placée sous notre responsabilité, chacun de nous doit veiller à ce que chaque enfant ait reçu sa dose de vaccins », lance le ministre de la santé avant de rappeler à toute la population que cette riposte exige 03 passages de vaccins. « Et chaque passage, nous devons nous mobiliser pour garantir aux enfants une immunisation complète sans polio », renchéri Pr Mahamoud Youssouf Khayal.
La représentante de l’UNICEF , Vivianne Van Steirteghem a mis l’accent sur la protection des enfants en reppelant à l’assistance la convention relative aux droits de l’enfant. « Nous n’avons pas le droit de priver nos enfants du droit fondamental de bénéficier d’une bonne santé », souligne-t-elle. Elle a par ailleurs appeler tous les acteurs impliqués dans cette riposte de conjuguer les efforts dans les dix districts sanitaires identifiés pour que les enfants de 0-59 mois soient parfaitement et optimalement vaccinés.


Les leaders religieux ont passé tour à tour out relayer l’information. Car leur responsabilité est engagée dans cette lutte. Pour le représentant de l’EEMET, l’enfant est un don de Dieu, donc dit-il, il va donc de la responsabilité des parents et celles des leaders religieux de s’engager pour résolument pour la réussi de cette campagne.
L’administration de quelques gouttes de vaccins aux enfants a mis terme à la cérémonie de lancement.

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici