Religion : Un mouvement, un cadre

0
1004
CT RAMADJI JEA TCHAD


Un peuple qui ne connaît pas son passé, ses origines et sa culture ressemble à un arbre sans racines, disait Marcus. C’est dans ce sens que le mouvement de la Jeunesse Évangélique Africaine (JEA), ne voulant pas être comme un arbre sans racines, présente un livre qui fait l’historique du mouvement la JEA.

Ce livre a pour objectif, de retracer où, quand, comment, pourquoi la JEA est créée, toutes ces questions ont leur réponse dans le livre. Qui sont les premiers à être formés au Tchad, dans les baptistes, la JEA a pris naissance dans une famille chrétienne et qui aujourd’hui, ce mouvement confessionnel paramilitaire s’est étendu dans presque tout le Tchad.

Le livre est intitulé : « un mouvement, un cadre » livre écrit par Ramadji Mbaitoloum, chef de troupe.
Ramadji Mbaitoloum est le fils de Mbaitoloum, on l’appelle généralement djo. Il est du Logone occidentale. Né en 1975, Ramadji est un instituteur. Ramadji est converti en 1992 et baptisé en 1994 à Sarh. En 1981, il integra la troupe, à l’âge de 6 ans. Marié, père d’une fille. Il est devenu chef à l’âge de 20 ans.


La JEA un mouvement confessionnel paramilitaire, cadre de brassage. Le mouvement a pris naissance en Amérique. C’est un moniteur de l’école du dimanche, qui regroupait les enfants et les former, un nommé Bouclin. Ce mouvement est partout dans le monde mais avec différente appellation.


Aller à la JEA, c’est se former pour être utile à la nation, car tous ceux qui sortent de la JEA ne sont pas nuls dans l’armée, la police, partout. Sur le plan spirituel, administratif, et bien d’autres domaines de la vie, ces jeunes chrétiens savent se distinguer par leur charisme dans le travail.
YOA

Laisser un commentaire Annuler la réponse.