PRÉSIDENTIEL AU CAMEROUN : PAUL BIYA, L’ÉTERNEL PRÉSIDENT A 85 ANS FACE AUX HUIT (8) AUTRES

0
557

L’élection présidentielle camerounaise 2018 a lieu le 07 Octobre. Ils sont neuf (9) candidats retenus pour ce scrutin. 

Quelle est la chance accordée aux plus jeunes dans cette élection?

Déjà de l’autre côté avec la démocratie occidentale, la jeunesse a su s’imposer devant les grands tel que Emmanuel MACRON en France à 39 ans.  Le plus jeune de cette course à la suprématie camerounaise, a 38 ans M. Cabral Libii  se présente à la présidentielle sous la bannière de l’Union nationale pour l’intégration vers la solidarité (Univers). L’une des figures de la jeunesse camerounaise, Ndifor Afanwi, âgé de 39 ans et ne possédant aucune expérience politique, mais il n’a aucun doute quant à sa victoire. Serge Espoir Matomba, il a 39 ans et souhaite établir un véritable dialogue avec la jeunesse et les cadres du PURS. Joshua Osih, 49 ans du Front social-démocrate dans la tranche d’age que les trois précédents veut donner un nouvel espoir au peuple camerounais.

Espoir sera-t-il avec les vieux?

En tête de péléton, l’éternel candidat à sa propre succession depuis 36 ans, Paul Biya 85 ans,  du Rassemblement démocratique du peuple camerounais (RDPC), pour un septième mandat à la tête de l’Etat.
Adamou Ndam Njoya, l’infatigable candidat de l’Union démocratique du Cameroun (UDC) âgé de 76 ans. Akere Muna, 66 ans, du Front Populaire pour le Développement (FPD). Garga Haman Adji, à 74 ans, il est candidat de l’Alliance pour la démocratie et le développement (ADD).  Maurice Kamto, âgé de 64 ans, investi par le Mouvement pour la renaissance du Cameroun (MRC),

A quelques jours des élections, une ligne sous haute tension se dessine. Après le couvre-feu de 48 h imposé par les autorités le dimanche dernier 30 septembre, les rues de Buéa se sont vidées. Selon plusieurs témoins, seuls les militaires patrouillent dans les rues. Un déploiement sécuritaire massif qui n’a pas empêché quelques échauffourées entre sécessionnistes et forces de sécurité lundi 1er Octobre. Des tirs résonnent de partout a  laissé lire Jeune Afrique.

C’est dans ce canal très tendu que le président sortant Paul Biya a pu se rendre à l’extrême Nord pour sa campagne.

En revanche, selon les informations diffusées sur les ondes de rfi, aucun candidat n’a pu se rendre dans les deux villes Bamenda et Buéa à cause du conflit. Paul Biya, lui, dispose de l’armée et de l’administration pour l’y aider. Le sous-préfet de la ville de Buéa a ainsi ordonné la fermeture des entreprises et des débits de boissons, a l’occasion de cette visite. Il a également interdit les transports publics et privés.

Allaramadji Innocent

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici