Politique: l’UNAT exige un dialogue de vérité et de justice

0
571

La présidente nationale du parti Union nationale pour l’alternance au Tchad (UNAT), Djelar Koumadji Mariam a abordé plusieurs question lors d’un point de presse qu’elle a animé ce samedi 07 août 2021 à la maison des médias du Tchad. Un point de presse au cours duquel, la Présidente a exhorté les autorités en charge de la transition à faire en sorte que le dialogue nationale inclusif soit un véritable carrefour d’union. Elle a exhorté aussi le peuple tchadien privilégié l’intérêt national suprême et a œuvré pour la concorde et la paix.

Placé sous le thème: « l’appel citoyen à la paix et aux valeurs républicaines » la sortie a permis à Mme Djelar Koumadji Mariam, présidente de l’UNAT d’aborder les sujets sociopolitiques causés suite à la disparition du président de la République Idriss Deby Itno en avril dernier. C’est aussi l’occasion pour la présidente de faire une évaluation de la situation politique caractérisée par la gestion du conseil militaire de transition (CMT), donner son point de vue sur le dialogue national inclusif en vue, la mise sur pieds de conseil national de transition (CNT).

Pour la présidente de L’ UNAT, la junte militaire s’est constituée autour du CMT pour conduire notre pays sur la voie de la transition en violation systématique des principes républicains et constitutionnels. « Une charte taillée sur mesure a été rédigée puis a obtenue abominablement « la baraka » de l’Assemblée Nationale illégitime et politiquement anachronique », crache-t-elle.

Djelar Koumadji d’indiquer que l’UNAT qui n’a pas reconnu le CMT, s’inscrit actuellement avec toutes les instances internationales et avec les arrangements politiques qui ont découlés. Cependant, dit-elle, « nous demandons à cette junte militaire d’honorer ses engagements et de se mettre à l’écart après les 18 mois de transition afin de permettre à notre pays de s’ouvrir vers une démocratie intégrale et alternative », a-t-elle formulé.

La présidente d’indiquer que les Tchadiens ont beaucoup versé leur sang à cause des divergences, d’exclusion et de l’injustice ayant contribué à renforcer le pays dans la misère et le sous-développement. Raison pour laquelle, souligne-t-elle, son parti exhorte les autorités en charge de la transition, à faire en sorte que le dialogue inclusif soit un véritable carrefour d’union d’une part et d’autre par une base solide pour construire ce pays avec des institutions légales et durables.

En abordant le passé politique du Tchad, la présidente nationale de l’UNAT, a pointé du doigt que les exemples passés sont caractérisés par des politiciens égoïstes, des décideurs animés par leurs intérêts personnels et qui par des forces ont mis le Tchad dans un chao. « Ce festival de gouvernance anarchique animé par ces individus, doit faire place aux patriotes républicains qui doivent s’engager à conduire le Tchad vers une démocratie intégrale où chaque tchadien aura de l’espoir de vivre dignement et la possibilité de réussite », fulmine-t-elle.

La mise sur pieds du conseil national de transition (CNT)

Sur la question de la mise sur pieds du CNT, Mariam Koumadji souhaite que ce conseil soit mis en place à la sortie du dialogue national inclusif. Un conseil qui selon elle, jouera le rôle d’un parlement sérieux et Républicain. Elle a plaidé également pour une constitution basée sur l’égalité dans laquelle les femmes leaders des partis politiques doivent jouer leur rôle dans le CNT conformément aux conventions internationales signées par le Tchad et la législation en vigueur au Tchad. « C’est en associant toutes les forces vives et en prenant en compte les préoccupations des uns et des autres, ainsi qu’en bannissant l’orgueil politique qui nous a tant hantés durant le régime MPS que, notre pays aspirera à une paix véritable et durable », a expliqué Djelar Koumadji Mariam tout en précisant que sa formation politique sera dorénavant sur le terrain contre ceux ou celles qui n’aiment pas ce pays.

Laisser un commentaire