Politique : La plateforme du FNC annonce qu’il n’y aura pas l’élection au Tchad

0
1659

Il s’est tenu ce jour 8 mars à la maison des médias du Tchad une conférence de presse animée par les partis politiques membre de la plateforme du FNC, relative au cas de massacre survenu chez l’opposant Yaya Dillo, le 28 février dernier occasionnant la mort de trois personnes dont la maman de l’opposant Yaya Dillo.


Selon le porte-parole du Front Nouveau pour le Changement, Dinamou Daram, cette conférence de presse est tenue pour faire part de leur indignation face au lâche assassinat de la pauvre maman de Yaya Dillo ainsi que les 2 autres membres de la famille tués lors du coup de force nuitamment perpétrée par la garde prétorienne au domicile du camarade Yaya Dillo Djerou, le dimanche 28 février dernier. Cette folie meurtrière illustre élégamment que le régime Mps, imbu de sa force militaire n’a de considération pour personne y compris dans sa propre famille, crapite le porte parole.


Le porte-parole de la plateforme du FNC a remercié et a félicité l’acte des camarades de l’UNDR, de l’Alliance Victoire de Théophile Bongoro et du Fédéraliste Yorongar pour leur décision responsables de se retirer de la course présidentielle d’où le résultat est connu d’avance. Il continue de dire : « Nous savons que Deby fera feu de tout bois pour éliminer la candidature de Yaya dillo mais l’intention affichée par la cour suprême c’est la dissolution du front nouveau pour le changement qui est en vue voire des partis qui le compose. N’oublions pas que la menace qui pèse sur les chefs des partis politiques membres de la coalition est bien réelle et se précise de plus en plus chaque jour que Dieu fait. Deby ne veut pas voir les opposants du Nord competir avec lui, raison de son agitation envers ces derniers, explique Daram.


Les panelistes ont rappelé que pour seulement une diffamation hors voie de presse passible d’une amande de 50 000 francs à 1 000 000 de francs cfa , on a tué des vies innocentes. Pour exécuter un mandat d’amener, qui n’a rien à voire avec un mandat d’arret, on a mobilisé les chars de DGSSIE une force qui n’est pas soumise aux ordres du procureur et de la justice. On a rédigé un mandat d’arret le dimanche 28 février alors la supposée plainte de la CEMAC est déposée le lundi 1er mars 2021.


Les membres de la plateforme, evoquent qu’il y aura pas d’élection au Tchad. Mais par quel miracle ? Les panelistes ont précisé qu’il y’aura deux actions dont l’une politique et l’autre judiciaire. Ces actions seront découvertes au moment opportun, l’heure n’est pas à dévoiler les natures de ces actions, ont précisé les panelistes composé de 6 présidents de partis politiques. Pour eux, la misère des tchadiens ne repose pas seulement sur Deby, la France est l’élément capital de tortures des tchadiens. Le fait que Deby soit nommé président de G5 Sael prouve à suffisance la manigance de la France dans les tortures des tchadiens, matelent-ils.


Les membres de la plateforme ont déclaré que les soi-disant opposant qui sont dans les courses avec Deby ce sont des gens que ce dernier a acheté pour qu’ils l’accompagnent, ce ne sont pas des opposants. S’ils étaient des opposants honnêtes ils devraient se retirer.
l’État de droit n’existe pas au tchad, la liberté confisquée par les canons, la messe de requiem de la démocratie déjà dite.

De tout ceci, la plateforme dit qu’elle a été empéché de participer à ces élections. « Nous allons les rendre impossible car au-delà des manoeuvres politiciennes, elles sont tout simplement inconstitutionnelles.Et quelque soit l’issue du vote nous ne reconnaitrons pas le résultat moins encore l’autorité de celui qui serait élu, précisent-ils.


Signalons que la plateforme est composée de 14 partis politiques de l’opposition.


Yorhein Ongsi Aristide

Laisser un commentaire Annuler la réponse.